VIEW-17112 | Chargement de farine sur un navire de remplacement belge, Montréal, QC, 1917

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Chargement de farine sur un navire de remplacement belge, Montréal, QC, 1917
Wm. Notman & Son
1917, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-17112
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Industrie (1055) , maritime (666) , Photographie (77678) , port (627) , Transport (2518)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

La guerre en Europe crée une mine d'or pour l'exportation canadienne. La nouvelle capacité industrielle du pays a été durement touchée par la récession de 1913, mais la guerre a rapidement ravivé la demande pour les produits manufacturés. Les munitions viennent en tête, mais d'autres articles, depuis les vêtements jusqu'aux aliments transformés, sont bientôt expédiés à nos alliés en Europe. Avant 1913, seulement 7 % des produits manufacturés du Canada étaient vendus à l'étranger ; entre 1916 et 1918, période durant laquelle les exportations augmentent de manière extraordinaire, ce pourcentage s'élève à 40 %. La majeure partie de ce commerce est négociée entre les gouvernements, mais certaines exportations prennent la forme d'une aide humanitaire offerte librement par des citoyens canadiens. Le secours aux Belges caractérise cette ferveur patriotique : la « pauvre petite Belgique » devait être nourrie. De telles exportations nuancent l'idée traditionnelle selon laquelle la main-d'oeuvre militaire représente la plus importante contribution à la Première Guerre mondiale ; le flux ininterrompu d'exportations indique la présence d'un autre type d'effort de guerre, moins visible.

  • Quoi

    Ce cargo, où l'on charge de la farine dans le port le plus achalandé du Canada, est clairement identifié comme un navire de secours destiné aux Belges, afin que les U-Boat allemands reconnaissent et respectent son objectif humanitaire.

  • Le plus grand marché d'exportation du Canada demeure la Grande-Bretagne. En 1916, 452 millions de dollars d'exportations sur l'ensemble des exportations, d'une valeur de 779 millions de dollars, vont en Grande-Bretagne. Au cours des années 1920, les États-Unis supplanteront la Grande-Bretagne comme premier partenaire commercial du Canada.

  • Quand

    La capacité d'exportation de farine du Canada se trouve renforcée à la fin du XIXe siècle, grâce à l'émergence des techniques modernes de meunerie que maîtrisent les entreprises montréalaises comme Ogilvie Flour.

  • Qui

    Les contributions au Fonds de secours aux Belges, en nature et en espèces, viennent des gouvernements provinciaux, de sociétés, d'écoliers, de groupes de femmes et d'agriculteurs.