VIEW-1606 | Silo-élévateur du CP, Port Arthur, Ont., 1887

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Silo-élévateur du CP, Port Arthur, Ont., 1887
William McFarlane Notman
1887, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-1606
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Après l'achèvement du tronçon entre Winnipeg et l'extrémité du lac Supérieur en 1882, le Canadien Pacifique effectue le transport vers l'est de grandes quantités de blé et d'autres céréales en provenance des Prairies. Cet élévateur a été construit à Fort William (qui fait maintenant partie de Thunder Bay, en Ontario) pour entreposer les céréales à expédier par bateau par les Grands Lacs. Les gares de marchandises et l'élévateur ont été érigés sur l'emplacement du premier fort William, un poste de traite des fourrures du XVIIIe siècle, démoli au nom du progrès (on l'a reconstruit ailleurs). Ce n'est qu'en 1885 qu'on parviendra à finir la voie ferrée dans le reste du nord de l'Ontario.

Source : circuit web 'Sur les rails du rêve national' de William R. Morrison, University of Northern British Columbia (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    À une certaine époque, les élévateurs à grains comme celui-ci étaient un symbole pour chaque ville, de Thunder Bay aux Rocheuses.

  • Ce silo-élévateur se trouve à Port Arthur (aujourd'hui Thunder Bay, en Ontario), d'où on chargeait les céréales à bord de bateaux à destination des marchés nord-américains et européens.

  • Quand

    Au moment où cette photographie a été prise, en 1887, le silo-élévateur devait exister depuis un an ou deux.

  • Qui

    Les fruits du labeur de plusieurs milliers de fermiers des Prairies ont transité par ces silos. La plupart des anciens silos-élévateurs ont été démoli, pour être remplacés par des structures plus imposantes, mais moins nombreuses.