VIEW-14817 | L'hon. C. Poulett Thomson, lord Sydenham, tableau copié pour Robert Glasgow 1914-1915

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
L'hon. C. Poulett Thomson, lord Sydenham, tableau copié pour Robert Glasgow 1914-1915
Wm. Notman & Son
1914-1915, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
25 x 20 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-14817
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Art (2774) , peinture (2227) , Peinture (2229) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Membre d'une éminente famille de marchands anglais, Sydenham est nommé Gouverneur général de l'Amérique du Nord britannique en 1839. Il réussira à imposer l'union des deux Canadas, mais rejettera l'idée d'un gouvernement responsable proposée par Durham, préférant faire jouer à son exécutif le rôle de cabinet, sans l'appui de la majorité de l'Assemblée. Comme Durham, il encourage fortement l'anglicisation de la colonie.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Sous Sydenham, le Haut-Canada et le Bas-Canada sont réunis en une seule colonie. Cependant, les Canadiens-Français seront traités plus durement pour leur rôle dans les rébellions que ne le seront les forces de William Lyon Mackenzie dans le Haut-Canada.

  • Entre les rébellions de 1837-1838 et le choix d'Ottawa comme capitale du Canada en 1856, le rôle de capitale sera assumé en alternance par trois centres importants : Québec, Montréal et Kingston.

  • Quand

    Durant les années 1840, Kingston, avec ses activités maritimes, commerciales et de service était une ville plus importante qu'elle ne l'est aujourd'hui. En sa qualité de Gouverneur général, Sydenham vit à Kingston. Il y meurt en 1841 des suites d'une chute de cheval.

  • Qui

    Envoyé au Canada en 1839, Sydenham a le mandat de rétablir le calme dans la colonie divisée. Comme Durham, il croit en la supériorité des institutions britanniques. Il préconise un gouvernement fort et efficace et entretient des liens étroits avec la communauté d'affaires du Canada anglais.