VIEW-1442 | « Bureau des affaires indiennes », Winnipeg, Man. 1884

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
« Bureau des affaires indiennes », Winnipeg, Man. 1884
William McFarlane Notman
1884, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-1442
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , municipale (270) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

La Loi sur les Indiens, adoptée par le Parlement du Canada en 1876, vise officiellement à protéger les peuples des Premières nations et leurs terres de réserve. Cependant, à titre de « protecteurs », les représentants du gouvernement se donneront le droit de décider ce qui est bon ou pas pour ces populations. En vertu de la Loi sur les Indiens, certaines coutumes autochtones jugées néfastes, telles que le potlach sur la côte ouest et la danse du soleil dans les Prairies, seront interdites. L'objectif de cette loi est d'inciter les Premières nations à s'intégrer dans le courant dominant de la société; les autorités croient que pour y arriver, ils doivent supprimer la culture autochtone. L'Indian Office à Winnipeg est l'organisme central qui administrera de nombreux aspects de la vie des peuples des Premières nations, généralement avec les meilleures intentions, mais souvent aussi avec de très mauvais résultats.

  • Quoi

    Voici la photographie d'un bâtiment administratif en pierre, l'Indian Office à Winnipeg, au Manitoba, siège social du ministère des Affaires indiennes pour la région.

  • Winnipeg est le centre administratif des agents des Autochtones et de tous les aspects de la bureaucratie se rapportant aux Premières nations dans les provinces des Prairies.

  • Quand

    Cette photographie a été prise en 1884, huit ans après l'adoption de la Loi sur les Indiens.

  • Qui

    Aucun figure humaine n'accompagne ce bâtiment aux lignes nettes, d'aspect agréable. Certains critiques de la Loi sur les Indiens diront que ces dispositions législatives sont tout aussi déshumanisantes.