VIEW-1337 | Carnaval, Montréal, QC, photographie composite, 1884

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Carnaval, Montréal, QC, photographie composite, 1884
Wm. Notman & Son
1884, 19e siècle
Plaque sèche à la gélatine
20 x 25 cm
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
VIEW-1337
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Art (2774) , composite (315) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

La villégiature

C'est en partie la nouvelle conception du temps qui fait naître, chez les élites, un désir de vacances, un besoin de s'accorder un temps d'arrêt pour se ressourcer et se détendre. Si, au départ, l'idée de vacances est davantage associée à la saison estivale, certains songent aussi à faire une pause au milieu de l'hiver. C'est dans ce contexte que germe l'idée d'organiser des festivités hivernales à Montréal en s'inspirant d'une forme populaire traditionnelle de réjouissance, le carnaval. Surgi dans l'esprit d'hommes d'affaires soucieux de stimuler l'activité économique durant la saison morte, le projet prévoit une semaine d'activités sportives et de divertissements d'abord destinés aux riches touristes américains. Ainsi, entre 1883 et 1889, Montréal devient l'hôte d'un célèbre carnaval qui représente aussi, pour les élites locales, une période de plus grande permissivité et d'évasion, à une époque où les conventions sociales sont nombreuses et appliquées de manière stricte.

  • Quoi

    L'attaque simulée du monumental palais de glace, que l'on voit au centre de cette photographie composite, constitue le moment fort du carnaval d'hiver.

  • Le carnaval se déploie en divers lieux de la ville : les places publiques, le fleuve Saint-Laurent, les terrains de l'Université McGill et les salles des clubs sportifs.

  • Quand

    Le carnaval connaît une existence plutôt brève, puisqu'il n'y a que cinq éditions à Montréal au XIXe siècle, soit en 1883, 1884, 1885, 1887 et 1889.

  • Qui

    Même si ce sont surtout les anglophones qui participent au carnaval, certaines élites francophones en profitent aussi.