RB-1420 | Guide de Montréal et de ses environs orné de plus de trente gravures.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Livre
Guide de Montréal et de ses environs orné de plus de trente gravures.
1897, 19e siècle
Papier
16 x 11 cm
RB-1420
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Livre (26)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À Montréal, l'industrie touristique s'implante réellement à partir du XIXe siècle . Le développement fulgurant des moyens de transport, tels les bateaux à vapeur et le chemin de fer, entraîne la création de tout un réseau d'hôtels et de restaurants pour accueillir les touristes. Différents moyens sont alors utilisés pour faire connaître les attraits de la ville, dont la publication de guides touristiques.

Ceux-ci décrivent les multiples activités dont peuvent profiter les visiteurs. Ainsi, le mont Royal et l'église Notre-Dame figurent parmi les attractions proposées aux touristes.

Les excursions dans les environs de Montréal attirent aussi beaucoup les touristes, comme celle au village amérindien de Kahnawake - alors appelé Caughnawaga - présentée dans ce guide touristique. Les peuples autochtones exercent une grande fascination chez les visiteurs européens. Ceux-ci ne trouvent cependant pas toujours dans ces visites les images traditionnelles de la vie des Amérindiens auxquelles ils s'attendaient .

  • Quoi

    Comme en témoigne ce guide, Montréal offrait aux touristes tout un réseau de communication : navires transatlantiques, télégraphes, chemin de fer et bateaux à vapeur pour les excursions.

  • Les touristes pouvaient loger dans un grand nombre d'hôtels de luxe construits à la fin du XIXe siècle, tels les hôtels Rasco, rue Saint-Paul Est, et Windsor .

  • Quand

    C'est en 1919 que fut créé le premier organisme chargé de faire la promotion des attraits touristiques de Montréal : le Tourists' Bureau of Montreal .

  • Qui

    Au XIXe siècle, les touristes qui visitaient Montréal provenaient des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et du Canada anglais.