PCA-11051916 | Trois questions pour les femmes du comté de Peel

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Extrait de journal
Trois questions pour les femmes du comté de Peel
11 mai 1916, 20e siècle
PCA-11051916
Cet artefact appartient à : © Archives nationales du Canada
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au début du XXe siècle, la famille est la principale unité économique au Canada. Les hommes (et les garçons dès qu'ils sont aptes à toucher un revenu) rapportent l'argent, tandis que les femmes (et les filles aussitôt qu'elles sont en âge de participer) entretiennent la maison et élèvent les enfants. Le départ d'un homme à l'armée ou son décès (ou les deux) sont une immense perte tant sur le plan économique qu'émotionnel. En 1914, sir Sam Hughes oblige les volontaires à obtenir la permission de leur femme pour s'enrôler. Même si cette mesure est abolie à l'été de 1915, les femmes tentent-elles malgré tout de décourager leurs fils ou leur mari de s'engager?

Cette annonce publiée dans le journal d'une petite municipalité près de Toronto essaie de fournir des questions et arguments que pourront utiliser les citoyens patriotiques pour convaincre les femmes de laisser partir leurs hommes.

  • Quoi

    Le 234e bataillon est la troisième unité à chercher des recrues pour le comté de Peel, une région de fermes et de jardins maraîchers juste à l'ouest de Toronto et de ses banlieues. Elle mobilisera 438 recrues, ce qui est plus que d'autres unités, mais moins que la moitié des mille hommes qu'il lui faut pour partir outre-mer.

  • Même si on le décrit comme le « Peel's Pride » (La fierté de Peel) ou qu'on le désigne comme étant « Your own Battalion » (Votre propre bataillon) pour éveiller la loyauté des citoyens du comté, le 234e bataillon sera logé dans les « baraques Ravina », une école abandonnée du secteur ouest de Toronto.

  • Quand

    L'annonce paraît dans l'édition du 11 mai 1916 du Streetsville Review and Port Credit Herald, un journal local qui dessert deux municipalités et d'autres collectivités rurales dans le secteur sud du comté de Peel.

  • Qui

    Les recruteurs croient que les femmes et les mères encouragent leurs hommes à rester au pays en toute sécurité où ils pourront gagner plus que ce que le gouvernement est prêt à payer à ses soldats. Au lieu d'alléguer que ces femmes pourraient disposer d'une sécurité financière, l'annonce fait appel à leur volonté patriotique pour inciter un soldat de plus à défendre le roi et la patrie.