PA1-1466 | Urbain Johnson

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Photographie
Urbain Johnson
J. Fraser Gregory
Vers 1874, 19e siècle
Papier
10.5 x 6.2 cm
PA1-1466
Cet artefact appartient à : © Centre d'études acadiennes
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Né le 27 janvier 1824 à Saint-Louis-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, Urbain Johnson provient d'une famille d'agriculteurs. Malgré une éducation peu poussée, il occupe plusieurs postes dans la fonction publique provinciale.

Après sa première campagne électorale, en 1869, il est élu député du comté de Kent à l'Assemblée législative, mais non sans difficultés. Non seulement reçoit-il un accueil peu enthousiaste de la part des anglophones de la région, mais il est même victime d'un attentat au revolver dont il sort toutefois indemne. Urbain Johnson reste député jusqu'en 1882. Il est ensuite réélu en 1895, et conserve son siège jusqu'à sa retraite en 1908.

Urbain Johnson a siégé à l'Assemblée législative pendant une période tumultueuse au Nouveau-Brunswick. Il est l'un des députés qui voteront contre la loi scolaire de 1871 qui tente de démanteler le réseau des écoles confessionnelles de la province.

  • Quoi

    Urbain Johnson est député lorsque la loi sur les écoles non confessionnelles est adoptée, sans son appui, par l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, en 1871.

  • Des indications permettant de localiser le studio de photographie de J.P. Tuck, sont inscrites à l'endos du document. Le studio était situé rue Queen, à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, près de l'École normale.

  • Quand

    Lors de la Convention nationale des Acadiens de 1881, Johnson plaide en faveur de l'adoption de symboles nationaux distincts de ceux des Canadiens français. Le choix du jour de l'Assomption comme fête nationale en est un exemple.

  • Qui

    Urbain Johnson, patriote acadien, fait partie de la délégation acadienne qui se rend au congrès de la Société Saint-Jean-Baptiste à Québec en 1880.