P090-A_50-1004 | OK, tout le monde prend un valium!

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin, caricature
OK, tout le monde prend un valium!
Aislin (alias Terry Mosher)
1976, 20e siècle
21 x 17.5 cm
Don de Mr. Terry Mosher
P090-A_50-1004
© Musée McCord
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

La victoire du Parti québécois en novembre 1976 suscite le désarroi des fédéralistes, particulièrement au sein de la communauté anglophone qui redoute la possibilité d'un Québec indépendant. En mettant l'expression Take a Valium (prenez un Valium) - un médicament servant à calmer l'anxiété - dans la bouche du futur premier ministre René Lévesque, le caricaturiste Aislin leur rappelle toutefois que, au lendemain du scrutin, cette éventualité est encore lointaine.

  • Quoi

    La victoire du Parti québécois crée de profondes inquiétudes chez les anglophones. Poursuivant une tendance amorcée depuis déjà plusieurs années, des dizaines de milliers d'entre eux quitteront même le Québec au cours des années suivantes pour aller s'établir dans d'autres provinces.

  • Même si l'on compte des minorités anglophones aux racines profondes dans des régions comme l'Outaouais et les Cantons de l'Est, c'est sur l'île de Montréal, particulièrement dans l'Ouest, que l'on retrouve la plus forte concentration d'anglophones au Québec.

  • Quand

    Les élections du 15 novembre 1976, puis l'adoption de la Charte de la langue française, le 26 août 1977, sont au coeur des tensions qui règnent au sein de la communauté anglophone québécoise.

  • Qui

    La présence, côte à côte, du premier ministre défait, le libéral Robert Bourassa, et de son successeur, le péquiste René Lévesque, se veut une image rassurante de la transition qui s'amorce.