OA-S15042 | Acton et son district doivent fournir 100 hommes

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Photographie
Acton et son district doivent fournir 100 hommes
Vers 1915, 20e siècle
OA-S15042
Cet artefact appartient à : © Archives publiques de l'Ontario
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Voici une des rares photos qui existent sur les activités de recrutement en 1915, quand le gouvernement confie entièrement la tâche de trouver des soldats aux initiatives locales. Le 164e bataillon de Halton s'organise à partir de Milton dans le secteur nord du comté de Halton en Ontario, une zone rurale qui s'étend entre Toronto, Hamilton et Guelph. La majorité de ces affiches sont conçues en Grande-Bretagne sous la gouverne du Parliamentary Committee for Recruiting . Les Britanniques en expédient des centaines de séries au Canada, confiants que les arguments qui ont fonctionné en Grande-Bretagne auront aussi du poids dans une bonne partie du Canada, surtout dans une municipalité comme Acton, en Ontario. Dans les régions rurales, il est plus difficile de trouver des volontaires. Les fermes nécessitent une importante main-d'oeuvre et elles génèrent de faibles revenus. Un fermier a besoin de ses fils pour les durs travaux d'ensemencement, de culture et de récolte, surtout quand la rareté engendrée par la guerre fera monter la demande et les prix. En même temps, les garçons de ferme, habitués à travailler à l'extérieur sans se plaindre, font d'excellents soldats.

Beaucoup d'affiches font la distinction entre les belles paroles et l'action. En 1914, nombreux sont ceux qui promettent de s'enrôler lorsque le besoin s'en fera vraiment sentir ou lorsque leur présent emploi actuel se terminera ou encore après la récolte. À Noël 1914, la guerre n'est toujours pas finie et ces intentions loyales n'ont eu raison ni du Kaiser, ni de la gigantesque société d'armement allemande Krupp ni encore de la Kultur militariste allemande. En vue de recruter un millier de volontaires pour le 164e bataillon, Acton et le secteur environnant se voient assigner un quota de cent volontaires.

  • Quoi

    Pour réunir les énormes effectifs promis par le Canada pour l'effort de guerre, le ministre de la Milice, sir Sam Hughes, fait appel à l'initiative locale. Les régiments locaux de la milice et les comités de citoyens recueillent des fonds pour la publicité et les installations. Le patriotisme et les pressions exercées par la collectivité permettent de couvrir les coûts et incitent les hommes à s'enrôler. Voilà à quoi ressemble à cette époque une petite ville anglophone de l'Ontario.

  • Dans la petite ville rurale d'Acton, dans le nord du comté de Halton, on a transformé une boutique plus ou moins délabrée en un centre de recrutement de fortune pour le dernier bataillon du CEC à lever dans la région.

  • Quand

    Le 164e bataillon reçoit son autorisation en 1915. À voir l'asphalte mouillé et les traces de neige sur le sol, on peut penser que cette photographie a probablement été prise vers la fin de l'année.

  • Qui

    Le navrant petit graphique dans la fenêtre résume bien la situation. L'affiche dit « Make This Grow » (Faites monter ce chiffre), mais l'hiver approche et alors que le quota d'Acton est de cent volontaires, seuls dix hommes se sont présentés. Le 164e bataillon ne recrutera que 710 soldats, soit les trois quarts de son objectif.