N-0000.72 | La famille de Philip Simpson Ross, Montréal, QC, photographie composite, 1904

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
La famille de Philip Simpson Ross, Montréal, QC, photographie composite, 1904
William Notman (1826-1891)
1904, 20e siècle
Gélatine argentique
40 x 50 cm
N-0000.72
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Art (2774) , composite (315) , Foyer (216) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Différentes générations de la famille Ross posent ici pour une photographie composite réalisée en studio. Dans chacun des ménages rassemblés sur l'image, il semble y avoir un enfant ou deux. Jusqu'en 1870, les enfants canadiens, particulièrement canadiens-français, ont en moyenne sept ou huit frères et soeurs. Bien que certaines familles comptent jusqu'à douze rejetons, d'autres en ont beaucoup moins. Puis, le taux de natalité au pays et dans le monde occidental en général commence à décliner. Cependant, le Québec connaît un baby boom entre 1945 et 1960; les femmes font en général moins d'enfants, mais elles sont plus nombreuses à en avoir. Ainsi, au début du siècle, on dénombre annuellement près de 60 000 naissances dans la province, alors qu'à la fin des années 1950, on en enregistre près de 145 000. Par la suite, le nombre de naissances reprend sa tendance inexorable à la baisse.

  • Quoi

    Il s'agit d'une photographie composite, c'est-à-dire composée de photographies individuelles, découpées et collées pour faire une seule image .

  • La scène a pour cadre le salon de la maison de Philip Simpson Ross, située au coin des rues Cathcart et University à Montréal .

  • Quand

    Le studio de photographie de William C. Notman produit sa première photographie composite d'envergure en février 1870. Elle présente un grand carnaval de patinage réunissant 150 personnes costumées .

  • Qui

    Philip Simpson Ross (1859-1907) quitte l'Écosse pour s'établir à Montréal en 1853. Père de cinq fils et de trois filles, il dirige une prospère entreprise familiale de comptabilité.