N-0000.193.60.2 | « La ferme des prêtres », Collège de Montréal, rue Sherbrooke, Montréal, QC, 1859

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
« La ferme des prêtres », Collège de Montréal, rue Sherbrooke, Montréal, QC, 1859
William Notman (1826-1891)
Vers 1859, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
7.3 x 7 cm
Don de Mr. James Geoffrey Notman
N-0000.193.60.2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , enseignement (709) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Sans doute l'ordre religieux le plus important du Bas-Canada, les Sulpiciens ont leur maison mère au séminaire de Montréal. Appuyant les autorités établies comme la couronne britannique, ils tirent leur influence, notamment à Montréal, de leur pouvoir paroissial, seigneurial et pédagogique. Cette vue montre leur domaine sur la rue Sherbrooke, à Montréal, et les bâtiments de leurs écoles, le Collège de Montréal et le Grand Séminaire, où seront formés des générations de prêtres.

Source : circuit web '1837-1838 : Les lendemains' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Mission indigène dans un premier temps-les tours de cet ouvrage défensif sont toujours visibles depuis la rue Sherbrooke-la propriété du séminaire sert de maison de campagne et de ferme pour les prêtres jusqu'à la construction d'écoles sur ce site durant les années 1850.

  • Situé sur les flancs du mont Royal, le domaine occupe l'un des emplacements les plus prestigieux de Montréal. Des vergers et des champs entourent la propriété, et les étudiants et les prêtres disposent de vastes espaces pour pratiquer sports et loisirs.

  • Quand

    Avec ses écoles, son église et ses bureaux à proximité, le Séminaire a toujours été situé au coeur de ce qu'on appelle aujourd'hui le Vieux-Montréal. À mesure que la vieille ville devient surpeuplée et insalubre, l'air, l'eau pure et les grands champs de la rue Sherbrooke font de cet emplacement un lieu attrayant pour la construction (1855-1864) d'une école de garçons et d'un séminaire pour la formation des prêtres.

  • Qui

    Les prêtres formés dans ce séminaire voyagent à la grandeur de l'Amérique du Nord, desservant des paroisses d'est en ouest. Le photographe William Notman espérait peut-être vendre ses photographies de l'école aux prêtres vivant loin de la ville.