MP-1994.9.55 | Chemin de fer panoramique, île Grosbois, QC, vers 1910

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Chemin de fer panoramique, île Grosbois, QC, vers 1910
Henri Richard
Vers 1910, 19e siècle
Gélatine argentique
8.3 x 14 cm
Don de M. Albert Richard
MP-1994.9.55
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  bâtiment (28) , chemin de fer panoramique (1) , foire (3) , île Grosbois (1) , jeu (8) , loisirs (132) , Occupation (1110) , occupation (332) , parc d'attractions (2) , pavillon (1) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au début du XXe siècle, les parcs d'attractions sont graduellement remplacés par les parcs d'amusement. S'inspirant du modèle du célèbre parc new-yorkais de Coney Island, ces nouveaux lieux de divertissement se distinguent de la première génération en misant sur des attractions mécaniques. Plutôt que de présenter des spectacles à caractère sensationnel pour distraire les visiteurs, on leur offre la possibilité de vivre des émotions fortes en profitant des manèges mis à leur disposition. Cette nouvelle forme de recréation va constituer une rupture avec les divertissements plus classiques de l'époque victorienne. En effet, le loisir raisonnable et destiné à former des êtres modérés cède peu à peu le pas au divertissement ayant pour seuls objectifs de procurer de l'émotion et de l'excitation.

  • Quoi

    Les ouvriers que l'on voit sur cette photographie procèdent à l'installation des rails d'un manège, les montagnes russes.

  • Les parcs de divertissement apparaissent d'abord aux États-Unis, pour ensuite être importés au Canada.

  • Quand

    Apparus au début du XXe siècle, les parcs d'amusement mettent à profit les avancées technologiques et les appliquent à la construction de manèges en tout genre.

  • Qui

    Les parcs d'amusement sont accessibles à tous, mais pour profiter des activités offertes tels les manèges ou les jeux de tir à la carabine, il faut débourser un certain montant d'argent oscillant généralement entre cinq et vingt-cinq sous.