MP-1992.18.1 | Deux soeurs tenant des navettes, Qc, vers 1890

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Deux soeurs tenant des navettes, Qc, vers 1890
Vers 1890, 19e siècle
Plaque de verre au collodion humide
8.3 x 5.4 cm
Don de Mme Rita Beaudet
MP-1992.18.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  féminin (18977) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En 1867, le travail d'aide domestique logée était l'emploi rémunéré le plus couramment offert aux jeunes femmes. Ces postes comportaient certains avantages comme le vivre et le couvert et parfois le don, par l'employeur, de vêtements usagés. Mais les heures étaient longues et les domestiques n'avaient pratiquement aucune intimité, en plus de porter un uniforme qui leur rappelait constamment leur statut d'infériorité. Par conséquent, il n'est pas étonnant que les femmes aient quitté massivement le service domestique dès qu'il leur a été possible d'occuper des emplois en usine.

C'est la possibilité de jouir d'une plus grande indépendance qui devait motiver ce choix, parce que le coût de la nourriture, du loyer et des vêtements rendait le travail en usine moins avantageux sur le plan financier. De plus, les manufacturiers payaient toujours les femmes moins que les hommes. Par exemple, en 1885, en Ontario, le salaire annuel moyen d'un homme était de 394,34 $, tandis que pour les femmes, il était de 133,09 $.

Les employeurs justifiaient cette discrimination salariale en disant que les hommes travaillaient pour soutenir leur famille, alors que les « filles » ne travaillaient que pour gagner de l'argent de poche. Lorsque des lois interdisant ces pratiques discriminatoires ont été adoptées, les employeurs ont réagi en créant des ghettos d'emplois. Ainsi, après avoir relégué les femmes à certaines tâches précises, ils ont décrété que ces tâches avaient moins de valeur.

Source : circuit web 'À l'ombre de Lui' de Elise Chenier, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ces jeunes femmes tiennent chacune à la main une navette, instrument employé dans le tissage. La navette sert à passer la trame dans la chaîne en un mouvement alternatif.

  • Le tapis et l'arrière-plan indiquent que ce portrait a été réalisé dans un studio de photographie et non au lieu de travail des modèles.

  • Quand

    La photographie a été prise en 1890, juste avant que les deux soeurs ne quittent Montréal pour aller travailler dans les usines de textile du Massachusetts.

  • Qui

    Ces deux femmes sont des soeurs. Peut-être ont-elles fait faire ce ferrotype à l'intention de leurs parents, pour que ceux-ci puissent mieux penser à elles pendant leur absence.