MP-1991.12.6 | Sir Francis Hincks, politicien, Montréal, Qc, vers 1875

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Sir Francis Hincks, politicien, Montréal, Qc, vers 1875
Anonyme - Anonymous
Vers 1875, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
5 x 8 cm
MP-1991.12.6
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Alors que John A. Macdonald, George-Étienne Cartier et Alexander Galt seront connus sous le nom de Pères de la Confédération, sir Francis Hincks, de même que sir Robert Baldwin, a été un des premiers grands défenseurs de la coopération entre les francophones et les anglophones dans la tradition du parti réformiste. Rédacteur en chef de journaux de Toronto et de Montréal, de même que spéculateur dans le domaine des chemins de fer, Hincks établissait le lien, comme de nombreux hommes politiques de son époque, entre les chemins de fer, le journalisme et la politique.

Source : circuit web 'La Confédération : Objectif Canada' de Brian J. Young, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Dans les années 1850, la politique était une foire d'empoigne. Persuadé de l'importance de Toronto et de Montréal pour l'unité canadienne, Hincks a tenté de rapprocher les Canadiens anglais et les Canadiens français.

  • Hincks, qui a succédé à Robert Baldwin en 1851 à la tête du parti réformiste, reliait les univers de Montréal et de Toronto. Soupçonné de corruption, il a plus tard cédé le pouvoir à John A. Macdonald.

  • Quand

    Hincks était au maximum de son pouvoir au début des années 1850. Sa connaissance des banques, des chemins de fer et des médias lui a permis de réussir dans plusieurs domaines à la fois.

  • Qui

    D'origine irlandaise, Francis Hincks, dont la carrière s'est étendue du journalisme à la politique et aux affaires, avait compris l'importance de la collaboration ethnique dans la politique canadienne.