MP-1985.55 | Mine de cuivre et de pyrite d'Eustis, Eustis, QC, 1918

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie, diapositive sur verre
Mine de cuivre et de pyrite d'Eustis, Eustis, QC, 1918
Anonyme - Anonymous
1918, 20e siècle
Gélatine argentique
6 x 8 cm
MP-1985.55
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Industrie (1055) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Fondée en 1865, la mine Eustis demeure en production jusqu'en 1939. Cette longévité exceptionnelle, qui la distingue des autres mines de cuivre des Cantons de l'Est, s'explique par sa capacité à extraire parallèlement du sulfure de fer servant à la fabrication d'acide. Rachetée après sa fondation, elle passe entre les mains d'une société américaine, l'Orford Nickel and Copper Company, qui avait tenté sans succès d'extraire du nickel de sa mine Orford, située non loin. Homme d'affaires roublard, Robert M. Thompson, un des principaux actionnaires de l'entreprise, n'en continue pas moins de s'intéresser au nickel. En effet, il joue un rôle clef dans la formation, en 1902, de la multinationale International Nickel Company de Sudbury issue de la fusion de plusieurs sociétés minières.

  • Quoi

    Cette vue d'ensemble du village d'Eustis laisse entrevoir, au centre, une petite fonderie dans laquelle on produit un concentré de cuivre. La Massawippi Valley Railroad, une compagnie de chemin de fer dont les wagons sont visibles à gauche de la fonderie, se charge de l'expédition.

  • La mine Eustis se repère difficilement puisque son entrée principale se compose d'une galerie horizontale percée au haut de la colline (à droite sur la photographie).

  • Quand

    Cette photographie date vraisemblablement de l'été 1918 : le Canada est encore en guerre et la demande de cuivre reste élevée.

  • Qui

    Les maisons des mineurs, sur le flanc de la colline, sont orientées vers la galerie. Comme c'est encore l'usage à cette époque, les ouvriers habitent à proximité de leur lieu de travail.