MP-1983.92.9 | Wood-burning locomotive and crew, St. Sauveur des Monts, QC, ca. 1900

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Wood-burning locomotive and crew, St. Sauveur des Monts, QC, ca. 1900
Vers 1900, 19e siècle ou 20e siècle
10.2 x 10.2 cm
Don de M. Raymond Cherrier
MP-1983.92.9
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En compagnie du chef de gare, l'équipe de train au complet pose fièrement près de la locomotive. On y voit le chauffeur et le mécanicien, les deux serre-freins et le chef de train.

Le contenu du tender situé derrière la locomotive indique que celle-ci fonctionnait au bois. C'est le chauffeur qui doit entretenir le feu et surveiller le niveau d'eau, pour maintenir une vapeur constante. Le mécanicien assume quant à lui la responsabilité de la locomotive, dont il contrôle la marche et la vitesse .

Les deux serre-freins ont pour tâche d'appliquer les freins pour immobiliser le train . Au début du chemin de fer, ce travail se fait manuellement, à chaque wagon, dès que le signal en est donné par le mécanicien . Les serre-freins doivent aussi atteler et dételer manuellement les wagons, sans se faire coincer . Ce travail s'avère particulièrement dangereux.

Enfin, le chef de train assure la bonne marche de l'ensemble du convoi.

  • Quoi

    Les premières locomotives à vapeur devaient fréquemment s'arrêter dans les gares le long du trajet pour se ravitailler en bois et en eau.

  • Les mécaniciens et les chauffeurs à bord des premières locomotives à vapeur devaient travailler dans une cabine ouverte, exposée aux divers éléments.

  • Quand

    C'est en 1853 que la firme de James Good de Toronto construisit la première locomotive canadienne.

  • Qui

    Les compagnies ferroviaires attribuaient des primes de rendement aux mécaniciens qui conduisaient leur locomotive en toute efficacité, ce qui causait une certaine rivalité entre les équipes.