MP-1981.11.2.61 | Bachi-bouzouks, groupe d'hommes, Constantinople, vers 1865

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Bachi-bouzouks, groupe d'hommes, Constantinople, vers 1865
Abdullah Frères
Vers 1865, 19e siècle
Sels d'argent sur papier - Papier albuminé
8.5 x 5.6 cm
Don de Mrs. Margaret Brown
MP-1981.11.2.61
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les nouveaux touristes bourgeois, comme les voyageurs aristocrates des siècles précédents, sont des collectionneurs enthousiastes. Aux antiquités, aux trophées de chasse et aux curiosités diverses s'ajoutent maintenant des photographies de petit format, les cartes de visite, produites par les studios étrangers pour agrémenter les albums des visiteurs.

References
Source imprimée



Philip Mansel, Constantinople. La ville que désira le monde, 1453-1924, Paris, Seuil, 1997, p. 272-299.

Source : circuit web 'La consommation : une passion victorienne' de Joanne Burgess, Université du Québec à Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Ces trois hommes ont été photographiés dans le studio des photographes Abdullah Frères à Constantinople (aujourd'hui Istanbul). Le terme bachi-bouzouk est utilisé pour désigner des soldats irréguliers de l'armée turque. Mais ces hommes sont-ils réellement des soldats?

  • Au XIXe siècle, Constantinople est la capitale du vaste Empire ottoman, qui s'étend de l'Europe au Moyen-Orient, des Balkans jusqu'à l'Égypte et à l'Irak.

  • Quand

    Dans les années 1850 et 1860, Constantinople est une ville qui fascine les Européens. Elle est la destination de nombreux touristes à la recherche d'exotisme, en ce lieu où l'Occident et l'Orient se rencontrent.

  • Qui

    De nos jours, l'expression bachi-bouzouk est surtout associée au capitaine Haddock, personnage coloré des bandes dessinées Tintin. Il s'agit d'une des insultes préférées du capitaine.