MP-1978.107.52 | Arbre de Noël, soupe populaire dans le sous-sol d'une église (?), Montréal, QC, vers 1930

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Arbre de Noël, soupe populaire dans le sous-sol d'une église (?), Montréal, QC, vers 1930
Anonyme - Anonymous
Vers 1930, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
12 x 17 cm
Achat de Napoleon Antiques
MP-1978.107.52
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Photographie (77678) , religieuse (1335)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Un réseau d'aide aux démunis

Au Canada, dans les villes plus anciennes comme Montréal, ce sont des groupes privés qui entreprenaient de venir en aide aux démunis, puisque ni le Québec ni l'Ontario n'avaient adopté les lois Britanniques sur les pauvres. L'Église catholique supervisait les services offerts aux catholiques, tandis que les Églises protestantes, les sociétés nationales et les organismes de bienfaisance privés conjuguaient leurs efforts pour venir en aide aux protestants. Les activités de bienfaisance figuraient depuis longtemps dans la tradition chrétienne, et une large part de la philanthropie passait par le réseau des Églises et leurs fonds destinés aux pauvres. Les Églises protestantes versaient des rentes à leurs paroissiens aînés, tandis que des groupes de femmes fabriquaient des vêtements et des couvertures qu'elles distribuaient aux nécessiteux durant les mois d'hiver, ainsi que des bons échangeables contre du combustible et de la nourriture. Au fil des ans, les Églises en sont venues à ouvrir des soupes populaires ou à offrir des services de repas plutôt que de dispenser de l'assistance. Plusieurs d'entre elles ont aussi entrepris de mener une action communautaire dans les quartiers défavorisés, en offrant des services tels que des classes de catéchisme, des salles de couture, des soupes populaires et, dans certains cas, des refuges. Toutefois, dans les quartiers protestants de Montréal, ce sont les groupes laïques et non les Églises qui ont établi le principal réseau d'organismes de bienfaisance et de grands dépôts de secours à domicile.

  • Quoi

    On considérait la soupe populaire comme un parfait modèle d'organisme de bienfaisance : il répondait aux besoins de nourriture des gens, tout en étant peu coûteux et facile à mettre sur pied.

  • Durant les mois d'hiver, bien des Églises offraient des services d'assistance aux démunis de la paroisse, comme des soupes populaires.

  • Quand

    La photographie date de décembre 1930, mais elle illustre une situation très courante qui consistait à installer les soupes populaires et autres services aux pauvres dans les sous-sols d'église.

  • Qui

    Les oeuvres paroissiales comme celle-ci étaient habituellement organisées par des bénévoles des Filles d'Isabelle ou d'autres associations liées à l'Église, comme un comité d'aide aux pauvres.