MP-1975.67.10 | Deux jeunes femmes non identifiées, Perth, Ont., vers 1890

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Deux jeunes femmes non identifiées, Perth, Ont., vers 1890
W. H. McIntyre
Vers 1890, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
6 x 6 cm
Don de Mr. M. S. Reford
MP-1975.67.10
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  féminin (18977) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Dans un monde où les femmes n'étaient pas censées éprouver de passion sexuelle, le lesbianisme était une chose inconcevable. Comme les femmes ne se soumettaient à des rapports sexuels soi-disant que par devoir envers leur mari et strictement dans le but de reproduire l'espèce, l'intimité entre deux femmes défiait toute logique. Lorsque les experts médicaux ont commencé à parler de sexe entre femmes, ils y faisaient parfois référence en employant l'expression « l'amour qui n'a pas de nom ».

Mais les lesbiennes existaient bel et bien, au Canada comme ailleurs. Mazo de la Roche, écrivaine née en 1885, a vécu aux côtés d'une compagne de sexe féminin pendant la plus grande partie de sa vie d'adulte. Poète née à Montréal, Elsa Gidlow entretenait elle aussi des relations avec d'autres femmes.

Comme les amitiés proches entre femmes étaient entièrement acceptées et même encouragées, les femmes pouvaient vivre ensemble en se prétendant amies sans attirer l'attention ni les critiques, tant qu'elles gardaient secrète la nature de leur relation.

Source : circuit web 'À l'ombre de Lui' de Elise Chenier, Université McGill (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Cette photographie est constellée de taches de moisissure, ce qui indique qu'elle a probablement été rangée dans un endroit humide avant de parvenir aux archives.

  • La photographie a été prise à Perth, en Ontario.

  • Quand

    Les deux femmes ont posé pour cette photographie en 1890.

  • Qui

    On ignore qui étaient ces femmes et quelle relation elles entretenaient l'une avec l'autre. Elles sont peut-être cousines ou meilleures amies, ou même amantes. Les amitiés féminines intimes où on se prenait par la main et on s'étreignait étaient très courantes parmi les jeunes filles. Ces comportements ne signifiaient pas nécessairement qu'il y avait relation sexuelle.