MP-1975.26.24 | Couple non identifié dans un vivoir, Trois-Rivières, QC, vers 1895, copie réalisée vers 1975

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Couple non identifié dans un vivoir, Trois-Rivières, QC, vers 1895, copie réalisée vers 1975
Anonyme - Anonymous
Vers 1895, 20e siècle
Gélatine argentique
20 x 25 cm
Achat de Mrs. Pomelitto
MP-1975.26.24
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Photographie (77678) , résidentielle (1254)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

LA PASSION DE CONSOMMER

Dans les milieux bourgeois, le développement d'une culture de consommation n'est pas uniquement une réaction à de nouvelles pratiques commerciales. La consommation est aussi l'expression de valeurs auxquelles les classes moyennes de l'époque victorienne sont profondément attachées. Les orientations de la consommation reflètent notamment l'importance accordée à la sphère privée et à la famille. C'est pourquoi le foyer, qui est au coeur de l'univers familial, occupe une place centrale dans les dépenses du ménage. On souhaite y créer un environnement favorable à l'épanouissement affectif et moral de tous les membres de la famille. Tout doit donc être meublé et décoré avec goût. Pour le salon, cela signifie l'achat de papier peint, de rideaux et de tapis, d'oeuvres d'art et de bibelots, de fauteuils rembourrés et de l'incontournable piano.

References
Sources imprimées



John Porter, dir., Un art de vivre. Le meuble de goût à l'époque victorienne au Québec, Montréal, Musée des beaux-arts de Montréal, 1993, p. 191-211.



Odette Vincent, La vie musicale au Québec, Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval/Éditions de l'IQRC, 2000.

Source : circuit web 'La consommation : une passion victorienne' de Joanne Burgess, Université du Québec à Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Le piano est un meuble dispendieux que l'on retrouve dans la plupart des foyers bourgeois. On en fait l'acquisition pour le plaisir de la musique, mais aussi parce que c'est un bel objet décoratif et un symbole du statut social de la famille.

  • Ce couple de Trois-Rivières, alors une petite ville de 9 000 à 10 000 habitants, accorde au piano une place de choix dans son salon.

  • Quand

    Inventé au tout début du XVIIIe siècle, le piano connaît son heure de gloire pendant la deuxième moitié du siècle suivant. C'est à cette époque que naissent les premières entreprises canadiennes qui fabriquent ce bel instrument.

  • Qui

    Le piano est l'instrument féminin par excellence. Les jeunes filles prennent des leçons; les dames jouent pour le plaisir de leur époux, de la parenté et des invités.