MP-0000.933.5 | Jean Baptiste Rice, pilote fluvial, environs de Montréal, Qc, vers 1890

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Jean Baptiste Rice, pilote fluvial, environs de Montréal, Qc, vers 1890
Anonyme - Anonymous
Vers 1890, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
14 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.933.5
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au XIXe siècle, de nombreux touristes veulent vivre l'exaltante aventure de la descente des rapides de Lachine en bateau à vapeur.

Tôt le matin, les touristes montent à bord. Un pilote, spécialement choisi pour ses compétences et son expérience des rapides, s'installe alors au gouvernail . Arrivé aux rapides, le bateau se met alors à tanguer et à rouler à souhait, comme au beau milieu d'une mer agitée . Le pilote et l'équipage de l'embarcation doivent alors manoeuvrer habilement à travers les remous. Par la suite, le bateau revient vers Montréal en passant sous le pont Victoria et laisse ses passagers à un des quais du port.

Les touristes de l'époque peuvent aussi profiter de différentes autres excursions à bord de bateaux à vapeur, un peu partout au Canada. On leur offre, par exemple, des voyages de chasse et des croisières au clair de lune.

  • Quoi

    Les pilotes des bateaux naviguant sur les rapides de Lachine étaient très souvent des Amérindiens mohawks de Kahnawake, renommés pour leurs talents de navigateurs.

  • Les touristes prenaient le train à la gare Bonaventure de Montréal pour se rendre à Lachine faire l'excursion sur les rapides.

  • Quand

    Après l'excursion, le bateau ramenait les touristes au port de Montréal vers 9 heures le matin, « juste à temps et avec un gros appétit pour le déjeuner », comme le disait la publicité.

  • Qui

    Pendant un certain temps, les compagnies d'assurance ont obligé les compagnies de bateaux à vapeur à faire appel aux services d'un pilote de Kahnawake .