MP-0000.794.1 | Bâtiments, carrière et tas de minerai, mines de Moose Mountain, Ont., vers 1910

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Bâtiments, carrière et tas de minerai, mines de Moose Mountain, Ont., vers 1910
Vers 1910, 19e siècle
Encre sur papier - Demi-ton
7.9 x 10.1 cm
MP-0000.794.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Impression (4091) , Industrie (1055)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Certes peu abondant dans le Nord ontarien, le minerai de fer a néanmoins fait l'objet de certaines attentions. Stimulée par les projets sidérurgiques de l'Américain Francis Clergue au Sault-Sainte- Marie, mais surtout par les insatiables besoins des aciéries américaines, la production de fer se développe de la fin du XIXe siècle jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale. Sudbury y participe également car un nouveau transcontinental, le Canadien-Nord, traverse sa région à compter de 1907-1908, ouvrant ainsi de nouveaux territoires. À 60 kilomètres au nord de la ville, on repère un gisement de fer qui portera le nom de Moose Mountain Mine.

  • Quoi

    Une machine à vapeur située dans le bâtiment coiffé de deux cheminées alimente un convoyeur qui surplombe deux voies ferrées dont on peut apercevoir la courbe du tracé.

  • Le minerai de fer provient de la colline éventrée et transformée en carrière. On devine sa présence juste derrière les rampes de bois. Le minerai est ensuite concassé en petites pierres et ramené par le convoyeur vers les voies ferrées.

  • Quand

    En 1910, l'entreprise compte environ 200 travailleurs qui proviennent de la grande région de Sudbury. Les activités y sont saisonnières car l'écoulement du minerai, qui se fait d'abord par chemin de fer jusqu'à la baie Georgienne, à Key Inlet, est ensuite assuré par les bateaux qui circulent seulement pendant la saison de navigation.

  • Qui

    Nous connaissons l'identité d'un des nombreux ouvriers ayant travaillé dans cette mine. Il s'agit de Pietro Bendo dont nous résumons ici à grands traits l'itinéraire professionnel. Arrivé d'Italie avant la guerre, il est embauché à quelques reprises par l'Inco de Sudbury, puis offre ses services à la Moose Mountain qu'il quitte, au début des années 1920, pour les mines de Timmins. Il travaillera ensuite à la mine Horne de Noranda où il poursuivra sa carrière jusqu'à sa mort.