MP-0000.4.14 | Séchage de la morue, Saint John's, T.-N., vers 1900

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Séchage de la morue, Saint John's, T.-N., vers 1900
Anonyme - Anonymous
Vers 1900, 19e siècle ou 20e siècle
Gélatine argentique
14 x 19 cm
MP-0000.4.14
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Industrie (1055) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

Au 19e siècle, la pêche est l'activité économique principale à Terre-Neuve et dans le golfe du Saint-Laurent. Une mauvaise saison de pêche se traduit donc par des conséquences désastreuses pour ces communautés.

Les hommes que l'on voit sur cette photographie étendent la morue pour la sécher. La pêche à la morue est traditionnellement l'une des plus importantes ressources des côtes de Terre-Neuve, du Cap-Breton et de l'Acadie. Elle se pratique du mois d'avril au mois de novembre. Tandis qu'une équipe va pêcher, l'autre reste à terre et, installée sur la grève d'une baie, éviscère les poissons, les ouvre, puis les frotte et les recouvre de sel. Au bout de huit jours, la morue est verte, c'est-à-dire bien imprégnée de sel. Pour la sécher, on l'expose, lavée, côté chair, aux rayons du soleil selon une technique bien précise qui exige près de quatre mois. Les longues heures de préparation portent leur fruit : la morue séchée se conserve très longtemps.

Source : circuit web 'Désastres et calamités' de Nathalie Lampron (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    La pêche à la morue est tributaire du cycle de migration de ce poisson. L'été et l'automne, les pêcheurs travaillent de l'aube jusque tard dans la nuit pour attraper et apprêter la morue.

  • Les premiers établissements de Terre-Neuve sont essentiellement des lieux où les pêcheurs européens sèchent et salent leurs prises.

  • Quand

    Dès la fin du 15e siècle, les Grands Bancs de Terre-Neuve attirent l'attention des Européens pour l'abondance des poissons qu'on y trouve.

  • Qui

    De nombreux pêcheurs basques et bretons ont jeté leurs lignes sur les côtes de Terre-Neuve et dans le golfe du Saint-Laurent avant même que des établissements permanents y soient fondés.