MP-0000.261.3 | Promenade en raquettes à la file indienne, mont Royal, Montréal, QC, 1879

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Promenade en raquettes à la file indienne, mont Royal, Montréal, QC, 1879
Alexander Henderson
1879, 19e siècle
Sels d'argent sur papier monté sur carton - Papier albuminé
16 x 21 cm
MP-0000.261.3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Occupation (1110) , Photographie (77678) , sport (478)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À partir des années 1820 et 1830, les élites des villes coloniales se regroupent afin de développer leurs activités physiques préférées. Elles forment des associations très sélectes, ouvertes aux membres les plus fortunés de la société comme les hommes d'affaires, les avocats, les hommes politiques, les officiers militaires, les juges et les médecins.

Seules ces élites disposent du temps nécessaire pour s'adonner à des loisirs. Il faut dire que la durée d'une activité n'est généralement pas fixe. Une partie de cricket s'étend sur plusieurs jours ! Il n'est pas rare qu'une randonnée en raquettes occupe une journée complète, qui se termine par un repas dans un club ou un restaurant.

References
Alan Metcalfe, « The Evolution of Organized Physical Recreation in Montreal, 1840-1895 », dans Social History/ Histoire sociale, vol. XI, no 21 (mai 1978), p.144-145.

  • Quoi

    Très organisée, cette randonnée en raquettes sur le mont Royal illustre bien la manière dont les élites font du sport. La disposition des raquetteurs n'évoque-t-elle pas la discipline militaire ?

  • Vaste espace accidenté, le parc du mont Royal va devenir le lieu par excellence pour les élites montréalaises qui y pratiqueront leurs activités sportives préférées.

  • Quand

    Le Montreal Snow Shoe Club, le principal club de l'époque, organise des randonnées durant les longues soirées d'hiver ou les samedis après-midi.

  • Qui

    À l'origine, ce sont surtout les riches habitants des villes, à Montréal comme ailleurs, qui s'adonnent à la raquette, ce dont témoigne leur habillement spécialement conçu pour la circonstance.