MP-0000.25.875 | Pile de billots, Spanish River Pulp & Paper Company, Ont., vers 1927

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie, diapositive sur verre
Pile de billots, Spanish River Pulp & Paper Company, Ont., vers 1927
Anonyme - Anonymous
Vers 1927, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.25.875
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  bois (429) , forestière (124) , Industrie (1055) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le papier est un élément de première importance dans la transition de l'Amérique du Nord vers une société industrielle urbaine, et il devient le véhicule principal de la diffusion de l'information. Les quotidiens à grand tirage stimulent la demande des consommateurs en diffusant de la publicité et en publiant des articles sur la mode, la maison et les affaires. En 1911, le Canada compte 143 quotidiens. Les journaux américains sont aussi prolifiques. Cette industrie consomme d'énormes quantités de papier journal. Parallèlement, cette économie de la consommation naissante a besoin de papier pour l'emballage, de contenants pour le transport en vrac et de papiers spéciaux pour le conditionnement des produits de marque.

L'ajout de produits chimiques à la pâte de bois ainsi que la mise au point de grosses machines à papier auront pour conséquence une baisse du prix du papier journal, qui passe de 138 $ la tonne dans les années 1880 à 45 $ la tonne en 1913. Les forêts du Nord de l'Ontario et du Québec deviennent des territoires de ressources pour les journaux du sud. En 1899, des hommes d'affaires d'Ontario ayant des bailleurs de fonds américains se voient offrir une vaste concession forestière à la Spanish River, près du lac Huron. Le gouvernement ontarien stipule que les arbres qui y sont coupés doivent être réduits en pâte à l'intérieur de la province.

  • Quoi

    Les pâtes et papiers naissent des besoins d'une société de plus en plus riche et éduquée. Les gouvernements répondent à cette demande en accordant aux fabricants de papier de vastes concessions forestières. On vise la production de masse des journaux et l'exportation. On réfléchit peu aux conséquences environnementales d'une exploitation forestière aussi vorace.

  • Les pâtes et papiers transforment la géographie du Nord de l'Ontario et du Québec. Des villes surgies du jour au lendemain forment les camps de base de ces assauts sur la forêt. En 1912, Iroquois Falls, en Ontario, est créée quand l'Abitibi Power and Paper Co. obtient la concession des forêts à proximité ; entre 1915 et 1920, une ville de compagnie - « la ville-jardin du Nord » - est construite par l'entreprise.

  • Quand

    Au début du XIXe siècle, on fabrique le papier en pilant du coton et du lin pour obtenir une pâte de chiffon ; à la fin du siècle, on le fabrique en traitant à chaud de la pâte de bois avec des produits chimiques sous pression. Le papier fabriqué avec de la pâte de bois est moins cher, mais aussi moins résistant que le papier-chiffon.

  • Qui

    Le besoin en bois incite les capitalistes du Sud à exploiter les forêts du Nord. Spruce Falls, en Ontario est une ville créée par une compagnie qui est la propriété commune du New York Times et de Kimberly-Clark, producteur de papier américain.