MP-0000.25.578 | Mine de charbon à Bankhead, Alb., vers 1923

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie, diapositive sur verre
Mine de charbon à Bankhead, Alb., vers 1923
Anonyme - Anonymous
Vers 1923, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.25.578
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Industrie (1055) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les besoins des locomotives à vapeur sont tels qu'on ouvre des mines de charbon partout sur leur passage, et même à l'intérieur du Parc national de Banff, premier parc national canadien créé en 1895. Il faut dire qu'à cette époque, les parcs nationaux ou provinciaux n'interdisent pas l'exploitation de leurs ressources. C'est pourquoi moins de dix ans plus tard, à quelques kilomètres au nord de Banff, au pied du mont Cascade, s'ouvre la mine de Bankhead qui vend sa production au Canadien Pacifique jusqu'à sa fermeture en 1923. Aujourd'hui, ce site minier fait partie des villages fantômes de l'Alberta et constitue une des attractions offertes aux visiteurs.

  • Quoi

    Tel un bateau échoué sur la rive, la silhouette du moulin de la mine abandonnée Bankhead, avec ses rampes faites de poutres de bois, relève un certain souci esthétique.

  • Les berlines chargées de charbon proviennent du gisement situé sur le flanc de la montagne; elles empruntent la rampe de droite tandis que la rampe de gauche, à l'horizontale, sert à évacuer les résidus dont les amoncellements sont encore visibles aujourd'hui.

  • Quand

    Deux facteurs expliqueraient la fermeture de la mine en 1923, soit la mauvaise qualité du charbon et les conflits ouvriers qui s'y déclarent comme dans plusieurs autres secteurs économiques aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

  • Qui

    Lorsque la mine Bankhead est en exploitation, jusqu'à 300 mineurs résident dans le village du même nom, regroupés dans une centaine de maisons.