MP-0000.1750.8.2 | Belvédère du mont Royal, Montréal, QC, 1906

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Belvédère du mont Royal, Montréal, QC, 1906
Anonyme - Anonymous
1906, 20e siècle
Encre sur papier monté sur carton - Demi-ton
10 x 19 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.1750.8.2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , Impression (4091) , municipale (270)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le début du siècle est également marqué par une certaine effervescence dans le domaine de la culture d'élite. C'est particulièrement le cas du théâtre, qui connaît un véritable âge d'or avec la mise sur pied de nombreuses troupes professionnelles. La vie littéraire s'anime grâce aux réunions de l'École littéraire de Montréal. Les Montréalais profitent aussi de la création d'un orchestre symphonique et d'une troupe d'opéra. Dans l'ensemble, cependant, la production culturelle montréalaise reste limitée, et le public doit surtout compter sur les spectacles étrangers en tournée et sur la littérature étrangère - française, britannique ou américaine.

  • Quoi

    Le parc Mont-Royal reste un des lieux importants de la culture urbaine de l'élite montréalaise, surtout l'élite anglophone. L'élégance vestimentaire des personnages que l'on voit sur la photo en témoigne.

  • L'observatoire du mont Royal, jumelé à un restaurant, est aménagé en 1906 par les architectes Edward et William S. Maxwell. L'immeuble sera remplacé par le chalet actuel, construit en 1931.

  • Quand

    Au début du siècle, les citoyens et les usagers du parc Mont-Royal veulent préserver le cachet de ce lieu fort prisé. Ils font pression pour que la Ville en interdise l'accès aux automobiles, ce qui est fait par règlement en 1905. De même, en 1903, le dépôt d'un projet visant à y permettre le passage d'une ligne de tramway soulève un tollé de protestations.

  • Qui

    Depuis 1900, le surintendant du parc est John Henderson, un ancien agriculteur qui a aussi été négociant en produits alimentaires. Il succède au major William McGibbon, qui avait occupé le poste pendant 25 ans avant d'être remercié de ses services à la suite de plaintes à propos de sa rudesse et de son autoritarisme.