MP-0000.158.33 | Convertisseurs de cuivre, industrie du nickel, Sudbury, Ont., vers 1920

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie, diapositive sur verre
Convertisseurs de cuivre, industrie du nickel, Sudbury, Ont., vers 1920
Anonyme - Anonymous
Vers 1920, 20e siècle
Plaque sèche à la gélatine
8 x 10 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.158.33
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

"Industrie du nickel, Sudbury : Quatre-vingts milles à l'ouest de North Bay se trouve la ville de Sudbury, point de jonction pour Toronto. C'est près de Sudbury que l'on retrouve les plus grandes mines de nickel au monde, fournissant plus des deux tiers de la consommation mondiale de ce métal. La région du bassin de nickel fait environ 550 milles carrés. La fusion du métal, qui a lieu à une courte distance de la ville, consiste à extraire l'importante quantité de fer et à produire la matte de cuivre et nickel aux fins d'affinage. Le contenu en nickel est d'environ 3,09 pour cent, et celui en cuivre de 2,12 pour cent. On peut voir sur la photo des convertisseurs de cuivre."

Extrait de "ACROSS CANADA BY C. P. R.", Section 3--The Province of Ontario; livret, McGill University Illustrated Lectures, 1928.

Clefs pour l'histoire

Quoique le minerai de Sudbury renferme une faible teneur en cuivre et en nickel, il demeure particulièrement abondant. Son exploitation dans de larges galeries favorise même une division très poussée du travail sous terre, qui reste sans équivalent dans les autres mines du Nord. La transformation du minerai exige, de son côté, un traitement métallurgique complexe afin d'en soutirer la valeur marchande. En effet, le minerai passe par différentes étapes afin d'en extraire les impuretés surtout composées de soufre que les convertisseurs, utilisés lors de la dernière étape de la fonte, transforment en gaz. Ces gaz, canalisés par de hautes cheminées, produisent un anhydride sulfureux qui polluera considérablement la région. Quelques fonderies de la région embauchent plusieurs centaines d'ouvriers qui travaillent de longues heures.

  • Quoi

    Une vue de l'intérieur du bâtiment abritant les convertisseurs de la British American Nickel Company (BANCO). Au nombre de trois, ces convertisseurs permettent d'éliminer les impuretés qui se présentent sous forme de gaz mais aussi sous une forme liquide appelée le laitier.

  • La BANCO exploite la mine Murray située à proximité de Sudbury et elle a érigé sa fonderie sur un site au nom très évocateur de Nickelton.

  • Quand

    La photographie date vraisemblablement de l'été 1920 alors que l'entreprise vient à peine de démarrer ses activités. Celles-ci seront toutefois interrompues dès 1921, en raison de la baisse marquée de la demande de nickel, baisse qui persiste suffisamment pour qu'elles cessent définitivement en 1924.

  • Qui

    Parmi les contremaîtres supérieurs de l'entreprise, on note la présence de H. L. Roscoe qui jouera, un peu plus tard, un rôle clef dans l'organisation de la Noranda Mines en Abitibi.