MP-0000.1297.1 | Groupe d'ouvriers démolissant des bâtiments de la rue University, Montréal, QC, vers 1910

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Groupe d'ouvriers démolissant des bâtiments de la rue University, Montréal, QC, vers 1910
Vers 1910, 20e siècle
Gélatine argentique
10.2 x 12.6 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.1297.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  masculin (26640) , Photographie (77678) , portrait (53879)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Cette photographie montre un groupe d'ouvriers en train de démolir des bâtiments de la rue Université afin de faire de la place pour la construction d'un gratte-ciel. Durant la période qui précède la Première Guerre mondiale, Montréal connaît une croissance rapide. Au centre-ville, les édifices à bureaux s'élèvent à un rythme accéléré, et dans les banlieues comme le Mile End, à l'extrême nord de la ville, la construction domiciliaire est en pleine expansion.

En 1871, on dénombre 14 ateliers de construction dans le secteur de Saint-Jacques de Montréal, qui emploient chacun entre 3 et 22 ouvriers . En plus des édifices à bureaux et des maisons, ces travailleurs construisent des pièces comme des portes et des cadres de portes et effectuent différents travaux de réparation . La région de Sainte-Anne compte trois ateliers de menuiserie employant entre 30 et 80 ouvriers qui fabriquent des portes et des cadres de portes .

Les menuisiers qui travaillent dans la construction autour de la ville sont tenus de fournir et d'entretenir leurs propres outils . Ils doivent aussi faire face à la possibilité que l'atelier ferme ses portes une fois le travail terminé, les laissant sans emploi et non payés. D'autres employeurs retardent souvent le paiement des employés. En général, cependant, les ouvriers qui travaillent dans des ateliers jouissent de meilleures conditions de travail que ceux des chantiers de construction. Durant les mois d'hiver, le travail cesse complètement sur les chantiers situés à l'extérieur et plusieurs familles se retrouvent dans l'indigence.

  • Quoi

    Dans les années 1880, les ouvriers qui travaillaient dans des ateliers de construction à Montréal devaient souvent débourser entre 100 $ et 125 $ pour acheter leurs propres outils, et entre 10 $ et 15 $ par année pour en assurer l'entretien . Ces dépenses étaient exorbitantes pour des hommes dont le salaire variait entre 1,50 $ et 2 $ par jour.

  • Cette photographie montre un chantier de démolition sur la rue Université à Montréal.

  • Quand

    En 1912, onze gratte-ciel furent construits dans la ville de Montréal.

  • Qui

    Les bleus de travail que portent certains hommes sur la photographie sont apparus à la fin du XIXe siècle comme vêtement de travail. Ils étaient aussi portés par les femmes et les enfants.