MP-0000.1285.6 | Poste d'écrémage d'Ovide Watier, Côte Saint Emmanuel, QC, vers 1910

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Poste d'écrémage d'Ovide Watier, Côte Saint Emmanuel, QC, vers 1910
Vers 1910, 20e siècle
Gélatine argentique
8.6 x 14 cm
Don de Mr. Stanley G. Triggs
MP-0000.1285.6
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Architecture (8647) , industrielle (826) , Photographie (77678)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'amélioration des transports et la croissance urbaine spectaculaire qui se produisent entre 1890 et 1920 entraînent une reconfiguration de la zone d'approvisionnement laitier de Montréal. Pendant ces années, les producteurs de la proche région métropolitaine doivent faire face à la concurrence d'agriculteurs plus lointains. Grâce à un réseau ferroviaire de plus en plus dense et complexe, des producteurs laitiers de Terrebonne, de Deux-Montagnes, de Huntingdon, de Saint-Jean, des Cantons de l'Est et même de l'Ontario peuvent écouler leur lait sur le marché montréalais.

Cet essor du marché urbain pose toutefois un nouveau danger pour la qualité du lait. Avec l'accroissement des distances, le parcours du lait devient plus long. De nombreuses heures s'écoulent entre la traite et la livraison ; les bidons restent longtemps sur les quais des gares ou dans des wagons non réfrigérés. Cela favorise la multiplication des bactéries présentes dans le lait.

  • Quoi

    Le poste d'écrémage de M. Ovide Watier. Il s'agit d'un lieu où l'on réceptionne et traite le lait afin d'en extraire la crème. La crème peut ensuite être vendue à une beurrerie ou expédiée à Montréal.

  • Ce poste d'écrémage est situé à la Côte Saint-Emmanuel, dans la paroisse de Saint-Ignace du Coteau-du-Lac, dans le comté de Soulanges. Du poste, la crème doit probablement être transportée en voiture jusqu'à la gare de Coteau-Station. C'est une région qui est bien desservie par les grandes compagnies ferroviaires.

  • Quand

    À la veille de la Première Guerre mondiale, la crème est un produit laitier que les consommateurs apprécient. Son prix est donc supérieur à celui du lait. Les compagnies ferroviaires en profitent et imposent des tarifs plus élevés pour son transport.

  • Qui

    Ce cliché fait partie d'une importante collection de photographies, de gravures et de cartes postales anciennes données au Musée McCord par Stanley G. Triggs, autrefois conservateur des Archives photographiques Notman.