ME983X.51.1-2 | Mitaines

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Mitaines
Anonyme - Anonymous
Arctique central
Inuit : Inuit du Kivalliq (Qaernermiut)
1910-1915, 20e siècle
14 x 21 cm
Don de Mr. Christian Leden
ME983X.51.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Mitaines (2)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Description

Les couturières de l'Arctique connaissent les propriétés de nombreuses peaux d'animaux et savent quand et comment les utiliser. Ces mitaines d'hiver sont en épaisse fourrure de caribou, suivant un patron commun à tous les Inuits : il n'y a pas de couture à la base du pouce, et sur le poil de la mitaine le poil est orienté vers le corps afin d'assurer une meilleure prise. Une paire de mitaines chaudes est un élément essentiel à la survie dans l'Arctique.

Clefs pour l'histoire

En hiver, les hommes inuits peuvent porter deux paires de mitaines courtes en caribou, bien qu'en général, une paire soit considérée suffisante et moins encombrante. En raison de sa solidité, on préfère la peau de patte de caribou pour fabriquer les mitaines d'hiver. Pour exécuter des tâches par temps doux ou pluvieux, on porte des mitaines en peau de phoque. De longues mitaines en peau d'ours ont la faveur pour travailler avec de la neige, notamment pour construire un abri de neige ou pour glacer les patins de traîneau au printemps car, comme c'est le cas pour la peau de phoque, le poil ne tombe pas lorsqu'il est humide.

Ce modèle de mitaines confectionné avec trois pièces de peau est commun dans tout l'Arctique, une quatrième pièce servant habituellement de bande au poignet, bien qu'il existe des patrons à un et deux morceaux au Labrador et en Sibérie. Des vêtements en peau gelés ont été trouvés lors de fouilles archéologiques, dont des mitaines d'enfant de la culture Thulé (vers 1000-1600 de notre ère) découvertes en 1985 sur l'île Devon, au Nunavut. Des études ont révélé qu'elles ont été fabriquées selon le patron à trois morceaux, et que les points et les coutures employés correspondent à ceux des couturières inuites contemporaines.

  • Quoi

    Ces courtes mitaines en peau de caribou récoltée à la fin de l'automne ont été confectionnées selon le traditionnel patron à trois morceaux. La moitié supérieure de la paume est de couleur brun foncé, le sens du poil étant orienté vers le poignet, améliorant ainsi la prise sur les harpons, les fusils et les traits des chiens de traîneau. La fourrure de couleur crème au dos des mitaines est orientée vers le bas afin que la neige puisse être facilement balayée.

  • Les mitaines ont été recueillies à Igluligaarjuk (Chesterfield Inlet), au Nunavut, où vivent les Inuits du Kivalliq (Inuits du Caribou). Leurs territoires s'étendent du nord d'Igluligaarjuk jusqu'à la limite forestière au sud qui rejoint la frontière du Manitoba à la côte, et de la baie d'Hudson à l'est jusqu'au lac Ennadai et au lac et à la rivière Dubawnt à l'ouest.

  • Quand

    D'après leur style, ces mitaines datent du début du 20e siècle, époque où les Inuits du Kivalliq vivaient principalement à l'intérieur des terres, dépendant du caribou, du boeuf musqué et du poisson pour assurer leur subsistance. Dans les années 1950, le gouvernement canadien a encouragé les Inuits du Kivalliq à s'installer sur la côte pour vivre dans des établissements qui sont devenus avec le temps des hameaux permanents.

  • Qui

    Les Inuits du Kivalliq sont formés de plusieurs groupes indépendants, chacun ayant ses propres particularités vestimentaires. Les Qaernermiut (habitants des basses terres) habitent la région septentrionale d'Igluligaarjuk où les mitaines ont été recueillies.