ME933.3 | Marquoir

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Marquoir
Anonyme - Anonymous
Arctique de l'Est
Inuit: Kalaallit
1900-1930, 20e siècle
5.4 x 88.2 cm
Don de Mrs. LeMans
ME933.3
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Marquoir (15)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au 15e siècle, les Européennes réalisaient des « marquoirs », des pièces de tissu sur lesquelles elles exécutaient différents points de broderie en guise d'échantillons. Dans le cadre de leur éducation, les jeunes filles apprenaient à réaliser ces points en les brodant à leur tour sur un marquoir. Les filles de la nation kalaallit apprenaient à coudre les mosaïques de peau d'une grande complexité, appelées avittat, en se pratiquant sur une étroite bande de peau, habituellement de phoque ou de morse. Selon Cunera Buijs, Ph.D., conservatrice au Rijksmuseet de Leyde, aux Pays-Bas, cette bande était une sorte de marquoir, une façon d'enseigner, de consigner et de préserver l'art. Pour les négociants et les explorateurs non inuits, ces bandes étaient des sortes de « ceintures » qu'ils collectionnaient comme souvenirs en raison de leur grande beauté artistique. En réalité, ces ceintures n'ont jamais fait partie du costume traditionnel des Inuits.

Dans ce marquoir, l'avittat est de type géométrique. La couturière kalaallit a utilisé un petit couteau pour découper de minuscules morceaux de peau séchée qu'elle a appliqués sur la bande afin de créer une mosaïque. Il en a résulté une infinité de motifs géométriques composés de différentes couleurs, formes et combinaisons de rayures.

  • Quoi

    Ce marquoir en peau de phoque ou de morse (séchée par le froid) a été cousu avec du fil noir sur un fond en fibre de coton. La mosaïque de peau qui a été appliquée sur la bande est multicolore : vert, rouge, or, bleu, pourpre, rose et ocre. Les Kalaallit utilisaient des végétaux pour obtenir des teintures de différentes couleurs. Par exemple, ils obtenaient des teintes de rouge à partir de l'aulne ou du bois d'épinette rejeté sur le rivage. Le lichen, la mousse, les baies et les algues des étangs permettaient aussi d'obtenir des couleurs.

  • Les ethnologues, les artistes et d'autres chercheurs ont fourni des descriptions de marquoirs et de vêtements ornés de mosaïques de peau. Les motifs formés de mosaïque de peau sont présents dans l'est et l'ouest de Kalaallit Nunaat, et il est souvent possible d'en déterminer le lieu d'origine d'après le dessin.

  • Quand

    On estime que ce marquoir a été réalisé entre 1900 et 1930 environ. Cependant, dans la seconde moitié du 20e siècle, les marquoirs sont devenus de vraies ceintures qui étaient très recherchées par les touristes et les visiteurs non inuits qui les rapportaient chez eux en guise de souvenirs.

  • Qui

    Les motifs de mosaïque étaient transmis de génération en génération au sein de la famille. Ils étaient créés spécialement pour une personne, en fonction de son âge et de son sexe. Dans ce cas-ci, une couturière kalaallit et sa famille ont été identifiés comme étant les créateurs de ces motifs.