ME931.5.2.1-2 | Bottes

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Bottes
Anonyme - Anonymous
Arctique de l'Ouest ou Arctique central
Inuit: Inuit du Kivalliq; Inuvialuit
1900-1930, 20e siècle
75 x 9 x 28 cm
Don de Mrs. Walter Molson
ME931.5.2.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Bottes (22)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

La juxtaposition de pièces de fourrures claires et foncées et l'insertion d'une laine de couleurs entre les coutures illustrent le talent et le sens esthétique de la couturière. Les poils de la semelle en peau d'ours pointent vers l'avant de façon à s'opposer à la neige et à empêcher de glisser dans les pentes.

Clefs pour l'histoire

Les chaussures des femmes inuites étaient très particulières. Les premiers explorateurs du Canada étaient émerveillés par les amples bottes et bas des femmes qui montaient à hauteur de la hanche. Ces articles vestimentaires, qui ne sont plus fabriqués, font l'objet de descriptions dans des écrits anciens et sont représentés sur des images et dans certaines collections muséales. Les femmes portaient également une autre sorte de chaussures munies d'un qajjuk, une poche latérale fermée utilisée pour entreposer de petits objets pour la couture ou encore de la matière pour fabriquer une couche.

Ces bottes en cuir de caribou léger et en peau d'ours, côté poil à l'extérieur, ont été cousues avec du fil de tendon. Elles montent en formant une courbe en haut de la hanche et se terminent par une lanière qui s'insère dans le pantalon. Entre le cou-de-pied et la semelle en peau d'ours se trouve une bande de pukiq, la fourrure blanche provenant du bas-ventre du caribou, suivie d'une bande de fourrure de caribou brun foncé, les poils de ces deux bandes étant orientés vers l'avant. La neige s'accrochait dans la fourrure, empêchant la botte de glisser et offrant une meilleure prise au sol.

  • Quoi

    De conception complexe, ces bottes de femme illustrent les compétences techniques et le sens esthétique des Inuits. La partie supérieure des bottes a été conçue pour donner de l'ampleur au-dessus des hanches et est enjolivée par la juxtaposition de pièces de fourrure claire et foncée. La couturière a également inséré dans les coutures d'étroites bandes de laine de différentes teintes et utilisé du pukiq à différents endroits.

  • Ces bottes ont été recueillies à Qurluqtuuq (Coppermine) ou à Paulatuuq (Paulatuk), en Arctique de l'Ouest. Les femmes inuites de ces deux communautés portaient des bottes qui montaient en haut de la hanche et que l'on rentrait dans le pantalon.

  • Quand

    Ces bottes ont été données au Musée McCord en 1931 par Monsieur Percy Noad. Elles ont probablement été fabriquées quelque temps avant cette date. C'est durant le premier quart du 20e siècle que des navires de commerce provenant d'Alaska et de Qikiqtaruk (île Herschel) ont pénétré dans la région, rendant disponibles les produits étrangers.

  • Qui

    Les Inuits du Kivalliq occupent les territoires qui bordent à l'ouest le Yukon, le Nunavut et les terres des Inuvialuit.