MAUM2004.a | Lettre ouverte - Marichette

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Photomontage
Lettre ouverte - Marichette
14 février 1895, 19e siècle
Papier
MAUM2004.a
Cet artefact appartient à : © Centre d'études acadiennes
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la fin du 19e siècle, alors que le rôle et l'opinion des femmes sont encore très peu valorisés, surgit un personnage qui va à l'encontre des idées reçues et qui ne craint pas d'affronter l'opinion publique acadienne. Il s'agit du personnage de Marichette, une vieille Acadienne assez colorée. Mère de plusieurs enfants, elle est pauvre et n'a que peu d'éducation, mais elle sait mener son mari par le bout du nez. En fait, Marichette est le pseudonyme d'Émilie C. LeBlanc (1863-1935), originaire de Memramcook, au Nouveau-Brunswick, mais qui a fait carrière comme institutrice dans la région de la Baie-Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse.

Entre 1895 et 1898, le journal L'Évangéline publie une série de treize lettres de Marichette. Dans un style populaire, l'auteure y pose un regard critique sur la société acadienne, soulevant entre autres les questions des droits des femmes, de la fierté acadienne et des conditions de vie des Acadiens. Politique, religion et économie sont également abordées dans ces billets.

Malgré la courte durée de sa « correspondance », Marichette réussit à provoquer un certain débat de société, s'attirant sympathisants et détracteurs, mais ne laissant personne indifférent.

  • Quoi

    Les lettres de Marichette sont écrites dans un langage populaire.

  • Émilie LeBlanc, alias Marichette, a enseigné à Weymouth en Nouvelle-Écosse.

  • Quand

    Après quatre années de correspondance, Marichette cesse d'écrire en 1898.

  • Qui

    La véritable identité de Marichette est longtemps restée inconnue.