M999.70.7.1 | La Sonadora

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
La Sonadora
1904-1917, 20e siècle
Encre sur papier - Lithographie
15.2 x 20 cm
Don de BCE Inc.
M999.70.7.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Impression (4091)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

La campagne de séduction du consommateur utilise également d'autres munitions : l'exotisme et les charmes féminins. On le constate tout particulièrement chez les compagnies de tabac et les manufacturiers de cigares qui semblent accorder beaucoup d'importance et de moyens financiers à la publicité. Ils adoptent très tôt la politique des marques de commerce pour différencier leurs produits de la concurrence et susciter l'intérêt. L'iconographie des étiquettes des boîtes de tabac et de cigares évoque souvent les traditions orientales ou espagnoles associées au tabac. La beauté et la sexualité féminines sont aussi représentées pour ensorceler le consommateur.

References
Source imprimée



Fernand Harvey, Révolution industrielle et travailleurs, Montréal, Boréal Express, 1978.

Source : circuit web 'La consommation : une passion victorienne' de Joanne Burgess, Université du Québec à Montréal (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Cette lithographie décorait fort probablement une boîte de cigares. La Sonadora est une marque de commerce brevetée par le fabricant J. M. Fortier.

  • L'inscription Habana sur l'étiquette indique que ces cigares sont fabriqués avec du tabac provenant de Cuba. Il s'agit donc de cigares de qualité supérieure.

  • Quand

    La lithographie est un procédé graphique qui connaît une forte progression après 1850. Il permet la reproduction d'illustrations de toutes sortes, en noir et blanc ou en couleur, à partir de dessins tracés directement sur la surface d'une pierre préparée à cette fin.

  • Qui

    J. M. Fortier, manufacturier de cigares de Montréal, est bien connu pour le mauvais traitement qu'il inflige à ses ouvriers. Cette situation éclate au grand jour en 1888, lors des séances de la Commission royale d'enquête sur les relations entre le capital et le travail.