M999.54.24 | Bicquette, 1885-1889

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Peinture
Bicquette, 1885-1889
Henry Richard S. Bunnett
1885-1889, 19e siècle
Aquarelle sur papier
17.2 x 26.5 cm
Don de M. Châteauguay Perrault et Mme Valérie Migneault Perrault
M999.54.24
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  peinture (2227) , Peinture (2229) , Scène marine (2221)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les phares et leurs rôles
La terminologie
Qu'est-ce qu'un phare? Sont-ils tous identiques? Le Larousse du 20e siècle parle du phare comme d'une « tour surmontée d'un fanal pour guider les vaisseaux pendant la nuit ». L'Encyclopédie Hachette offre une définition plus détaillée, décrivant le phare comme « un élément de signalisation maritime qui est constitué de quatre éléments principaux », soit :

1 - un piédestal plus ou moins élevé par rapport au niveau des eaux. Ce bâtiment est bien souvent une tour située sur un promontoire (falaise, sommet, île, etc.). Différents matériaux peuvent être utilisés pour sa construction (bois, métaux, pierres de taille et autres);

2 - une lampe, au gaz ou à l'électricité, pour produire de la lumière;

3 - un système optique (réflecteurs ou lentilles) pour concentrer cette lumière en la dirigeant vers l'horizon;

4 - une lanterne ou autre abri pour protéger la lampe et l'appareillage optique des intempéries.

  • Quoi

    Le phare de l'île Bicquette est une tour circulaire haute de 22,5 mètres. La construction de ce bâtiment en pierres, terminée en 1844, est évaluée à 6000 livres.

  • L'île Bicquette est située dans le fleuve Saint-Laurent, près de Cap-à-l'Orignal, dans le parc du Bic (sur la rive sud du fleuve). Lieu de nombreux naufrages, elle a toujours été redoutée des navigateurs.

  • Quand

    Le phare de l'île Bicquette a été construit en 1843-1844 sous l'autorité de la Trinity House de Québec. Les capitaines de navires empruntant le fleuve Saint-Laurent réclamaient la construction d'un phare à cet endroit depuis 1828. Le phare, bien qu' aujourd'hui automatisé, est encore fonctionnel.

  • Qui

    On raconte une légende à propos d'un certain Fortier, qui aurait passé un hiver dans le phare pour remplacer les deux gardiens morts par noyade en 1859. Après avoir entendu des bruits suspects dans l'escalier du phare, il aurait cru le lieu hanté et aurait toujours refusé d'y remettre les pieds.