M998.48.175 | Encore une grève des chauffeurs d'autobus de Montréal, 1984

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Encore une grève des chauffeurs d'autobus de Montréal, 1984
Aislin (alias Terry Mosher)
Vers 1990, 20e siècle
Encre sur papier - Photolithographie
36.5 x 28.9 cm
Don de Mr. Terry Mosher
M998.48.175
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Estampe (6570)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

"Les caricatures brossent souvent un tableau concis de la situation et des comportements sociaux à une époque donnée. Dans les années 1970 et 1980, Montréal était un foyer bouillonnant du mouvement ouvrier et de l'activité syndicale. Les grèves étaient courantes, et les grévistes adoptaient souvent une attitude cavalière envers le public perturbé par ces arrêts de travail. Mais aucun conflit ne s'est révélé plus nuisible aux Montréalais que la grève quasi annuelle des travailleurs des transports en commun. Lors de la grève de 1978 par exemple, de nombreux Montréalais ont dû se rendre au travail en motoneige ou en raquettes. Alors, lorsqu'une nouvelle grève dans les transports en commun fut annoncée en 1984, j'ai réalisé cette caricature d'un chauffeur d'autobus très heureux venant tout juste de changer la destination sur le tableau d'affichage de son véhicule."

Terry Mosher (alias Aislin)

  • Quoi

    En 1984, les chauffeurs d'autobus et les opérateurs de métro déclenchent une grève qui durera trente jours. Dans sa caricature, Aislin laisse entendre qu'en pleine heure de pointe, les chauffeurs d'autobus n'assurent pas vraiment les services essentiels et cela pour des motifs parfois douteux.

  • Dans la plupart des grandes villes, le transport en commun joue un rôle crucial. À Montréal, au milieu des années 1980, l'autobus et le métro permettent à plus de 600 000 personnes de se déplacer quotidiennement.

  • Quand

    Entre 1970 et 1990, les interruptions du service de transport en commun en raison de conflits de travail sont fréquentes à Montréal. Au cours de la seule année 1974, on en compte quatre. Excédés, les gouvernements ont progressivement limité le droit de grève dans ce secteur.

  • Qui

    Le militantisme syndical a été particulièrement vigoureux à Montréal et au sein de sa société des transports. Plusieurs ont considéré excessifs les moyens utilisés par les syndiqués pour faire valoir leurs revendications.