M998.48.116 | Un sans-abri au chaud

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin, caricature
Un sans-abri au chaud
Aislin (alias Terry Mosher)
1995, 20e siècle
Encre, crayon feutre et crayon sur papier
26.9 x 27.6 cm
Don de Mr. Terry Mosher
M998.48.116
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , dessin (18380) , Dessin (18637) , sociale (689)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

"Un jour, je suis entré dans le hall d'une banque sur le boulevard Saint-Laurent où il y avait un guichet automatique. Sur le plancher, il y avait des preuves indéniables que quelqu'un y avait passé la nuit, à la recherche d'un peu de chaleur. De retour à The Gazette, j'ai recréé le scénario probable dans cette caricature. J'étais frappé par l'ironie de la situation : un sans-abri dormant aux côtés de la richesse instantanée, sous la forme de ce guichet anonyme et impersonnel, si près et pourtant si loin."

Terry Mosher (alias Aislin)

  • Quoi

    De façon générale, la caricature attire l'attention des lecteurs sur un événement précis de l'actualité en déformant l'un ou l'autre de ses aspects pour en faire ressortir le côté controversé. Cependant, il arrive que le caricaturiste illustre plus sobrement une réalité et suscite ainsi - comme certains éditoriaux - une réflexion sur les enjeux sociaux. Ici, un sans-abri à la recherche d'un peu de chaleur dort sur le plancher d'une banque.

  • Le Canada, qui est au nombre des pays les plus riches du monde, possède un système de sécurité sociale efficace. Malgré cela, on compte dans les villes de moyenne et de grande importance des sans-abri par centaines, voire par milliers. Tout au long de l'année, des organismes d'entraide comme L'Accueil Bonneau, Le Refuge ou Le Bon Dieu dans la rue offrent un soutien appréciable aux sans-abri montréalais et les aident à développer leur autonomie afin qu'ils puissent réintégrer la société.

  • Quand

    À partir du début des années 1980, les institutions financières ont multiplié les guichets automatiques afin de rendre certains services accessibles vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Depuis, les vestibules des banques, tout comme les bouches de métro, servent de refuges improvisés quand vient l'hiver.

  • Qui

    Dans l'entrée d'une banque, un sans-abri dort allongé près d'un radiateur. Au cours des années 1980 et 1990, certains estiment qu'il y a entre 10 000 et 15 000 sans-abri à Montréal, dont 4 000 à 5 000 jeunes âgés entre dix-huit et trente-cinq ans. Cependant, ces estimations sont contestées. En 1987, le Conseil canadien de développement social (CCDS) révèle que 10 762 personnes séjournent dans les abris recensés au Canada, dont 17, 5 % au Québec - ce qui représente moins de 2 000 personnes. En 1991, Statistique Canada entame une enquête portant sur quatre-vingt-dix organismes d'entraide répartis dans 16 villes. Toutefois, on annonce en 1995 que les données de cette enquête ne seront pas publiées. Un document de Statistique Canada de 1999 indique qu'à ce jour « le Canada ne possède aucune donnée officielle sur le phénomène des sans-abri ».