M998.13.1 | Écran de foyer

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Écran de foyer
Vers 1870, 19e siècle
114 x 68 x 13 cm
Don de Mrs. George H. Montgomery
M998.13.1
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Écran (3)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les écrans étaient utilisés dans les maisons où la chaleur provenait directement d'un foyer ouvert. Ils servaient à protéger le visage de la chaleur trop vive du feu et à la faire circuler, tout en permettant aux habitants de la maison de s'asseoir près de l'âtre.

Cet écran d'influence orientale était populaire au XIXe siècle. On l'aurait utilisé dans le petit salon surchargé d'une résidence victorienne, rempli d'objets aussi étranges qu'inutiles. Parmi cette multitude d'objets se trouvaient des animaux et des plantes, morts ou vivants, qu'ils fussent des animaux domestiques et des plantes d'intérieur, ou des spécimens empaillés et séchés servant de décoration. C'est dans cette pièce que les familles des classes moyenne et supérieure avaient l'habitude de recevoir et de servir le thé.

Cet écran témoigne bien de l'influence de l'histoire naturelle dans les foyers victoriens. Les membres des classes moyenne et supérieure se passionnaient pour l'histoire naturelle, et les arts décoratifs reflétaient cet intérêt en intégrant des motifs de plantes et d'animaux dans le mobilier de la maison.

  • Quoi

    Cet écran est formé d'un cadre en acajou et de deux panneaux en verre trempé contenant 30 oiseaux tropicaux empaillés et trois papillons.

  • En plus de servir de protection contre les courants d'air et la chaleur d'un foyer ouvert, les écrans étaient utilisés pour diviser une pièce.

  • Quand

    À l'ère victorienne, le japonisme était un style d'arts décoratifs très en vogue qui puisait dans les éléments de l'esthétique japonaise.

  • Qui

    L'écran protégeait le teint délicat des dames et des messieurs raffinés qui désiraient profiter de la chaleur du foyer sans abîmer leur peau.