M994X.5.273.82 | Un cas de « Riel » détresse!

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Un cas de « Riel » détresse!
John Wilson Bengough
1886, 19e siècle
Encre sur papier journal
31.5 x 25.3 cm
Don du Dr. Raymond Boyer
M994X.5.273.82
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Impression (4091) , politique (général) (2228)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

En 1869, des Métis de la région de la rivière Rouge dirigés par Louis Riel s'organisent face à l'annexion imminente des Territoires du Nord-Ouest au Canada. Ils prennent le fort Gary, un poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson, afin de forcer le Canada à négocier leurs droits. Lors de cette rébellion, les Métis capturent plusieurs Canadiens et exécutent Thomas Scott (1842-1870), un arpenteur protestant anglophone particulièrement agressif qui avait notamment incité des colons écossais à la contre-rébellion. L'assassinat est autorisé par Riel.

À l'époque, la tête de Riel est mise à prix en Ontario pour le « meurtre » de Thomas Scott. Louis Riel suscite une vive controverse en 1873. Pour une majorité d'Ontariens, il est considéré comme un meurtrier alors qu'au Québec, il est plutôt perçu comme un héros défendant la foi catholique et la culture francophone au Manitoba. Cette caricature datant du 25 octobre 1873 représente Louis Riel (1844-1885) alors qu'il vient d'être élu dans la circonscription de Provencher, lors des élections partielles fédérales.

Dans cette caricature, Louis Riel se présente à Ottawa suite à son élection, le visage couvert. En réalité, il ne se rendra jamais au Parlement cette année-là, craignant sans doute d'être arrêté ou tué, et s'exilera aux États-Unis. Le premier ministre conservateur John A. Macdonald (1815-1891), redoutant une confrontation politique entre le Québec et l'Ontario, l'encouragera à demeurer en exil.

  • Quoi

    Publiée dans l'hebdomadaire Grip, cette caricature de John Wilson Bengough (1851-1923) montre Riel tendant un document sur lequel est inscrit « Amnistie » (« oubli » d'une infraction devant la loi). C'est ce qu'il espère ardemment obtenir à l'époque.

  • Cette scène imaginaire se déroule à Ottawa en 1873. En réalité, Riel ne s'y rendra que l'année suivante, en février 1874, lors de sa réélection.

  • Quand

    John A. Macdonald, qui se trouve à droite dans cette caricature, démissionnera moins d'un mois après la publication de celle-ci. En fait, l'élection de Riel survient au moment où le scandale du Pacifique, impliquant le gouvernement de Macdonald, est révélé aux Canadiens.

  • Qui

    À l'arrière-plan, le chef du Parti libéral et chef de l'opposition, Alexander Mackenzie (1822-1892), déclare : « Bonté, j'aimerais bien les arrêter tous les deux ». Riel est représenté sans visage (lui dont la tête est mise à prix) et Macdonald lui tourne le dos, faisant semblant de ne pas le voir.