M993X.5.1022 | Quelques suggestions au comité des incendies de Montréal, dont la praticabilité est évidente

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Quelques suggestions au comité des incendies de Montréal, dont la praticabilité est évidente
Edward Jump
12 avril 1873, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
20 x 26.4 cm
M993X.5.1022
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Impression (4091) , sociale (689)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au 19e siècle, de nombreux incendies surviennent à Montréal. Le grand incendie de 1852 est particulièrement marquant : pendant 26 heures, le feu ravage près de la moitié des bâtiments de la ville, jetant quelque 9 000 personnes à la rue!

Au cours de la seconde moitié du siècle, l'architecture urbaine se transforme. Les édifices de quatre, cinq ou six étages sont de plus en plus nombreux au centre-ville, rendant l'équipement du service des incendies inadéquat. L'ingénieur en chef du « Département du feu » en avait fait mention dans un rapport publié en 1867, soutenant qu'il était nécessaire de remédier à ce problème. À l'époque, son cri d'alarme ne fut pas entendu.

Le 18 mars 1873, lors de l'incendie de l'hôtel Saint-Jacques, un édifice de cinq étages, les pompiers ne sont pas en mesure d'atteindre les derniers étages de l'édifice. Leurs échelles ne sont pas assez longues! L'incendie, qui occasionne la mort de cinq personnes, révolte le grand public. Cette caricature est publiée en avril, à la suite du sinistre. Ce n'est qu'après l'incendie de l'hôtel Saint-Jacques que la ville investit 15 000 $ pour l'achat de nouveaux équipements, qui comprennent entre autres une sorte d'échelle aérienne, appelée « Skinner ».

  • Quoi

    Constatant l'absurdité de la situation et l'inefficacité de l'équipement du service des incendies, le caricaturiste a imaginé et illustré des systèmes d'échelles des plus loufoques.

  • Les services publics à Montréal, tels que le service de prévention des incendies, se développent au 19e siècle, alors que la ville voit sa population s'accroître de façon importante principalement en raison de l'industrialisation.

  • Quand

    Cette caricature paraît dans l'hebdomadaire The Canadian Illustrated News le 12 avril 1873. Le texte qui l'accompagne suggère au Département du feu de s'inspirer du service des incendies allemand, qui, semble-t-il, possédait à l'époque un système d'échelles des plus efficaces.

  • Qui

    C'est à partir de 1863 seulement que le Département du feu de la ville de Montréal (créé en 1841) embauche des pompiers professionnels et permanents. Ces pompiers sont alors appuyés par trois compagnies de pompiers volontaires.