M993.115.45.1-2 | Moule à cigare

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Moule à cigare
1900-1920, 20e siècle
Bois
6.5 x 33 x 12 cm
Don de Air Canada
M993.115.45.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Moule (7)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

C'est au cours de la seconde moitié du 19e siècle que les moules sont introduits dans les manufactures de cigares. Pour certains employeurs, cependant, rien n'égale le travail fait entièrement à la main. Par conséquent, la production au moule continue de coexister avec la fabrication à la main.

Pour fabriquer un cigare à l'aide d'un moule, le cigarier place les « poupées » de tabac (partie intérieure du cigare) au fond des rainures creusées dans l'une des deux pièces de bois qui constituent le moule. Ces deux pièces sont ensuite jointes et le moule est placé sous une presse afin de donner leur forme aux « poupées ».

L'introduction des moules transforme la répartition du travail dans les manufactures de cigares. Une partie des tâches est simplifiée, ce qui permet d'embaucher des employés moins qualifiés tels que de jeunes garçons et filles. Edmond Gauthier, un cigarier de 15 ans, est l'un d'eux. Interrogé par la Commission royale d'enquête sur les relations entre le capital et le travail au Canada, il affirme, lorsqu'on lui demande s'il est en mesure de fabriquer un cigare du début à la fin : « Je peux le faire à l'aide d'un moule, mais on ne m'a jamais montré comment fabriquer un cigare à la main ». Avant 1871, à Montréal, 40 % de la main-d'oeuvre de l'industrie du cigare est constituée de filles et de garçons de moins de seize ans, une réalité qui tendra peu à peu à changer, les enfants étant remplacés essentiellement par des ouvrières de plus de 16 ans.

  • Quoi

    Fabriquer un cigare au moule requiert moins d'habiletés que de procéder entièrement à la main. Cependant, on doit savoir déterminer la quantité appropriée de feuilles de tabac à utiliser et se servir de la presse de façon judicieuse.

  • Dans certaines manufactures de cigares de la fin du 19e siècle, de jeunes ouvriers subissent parfois des sévices corporels et ont à payer des amendes de toutes sortes. Charles Weir, un ouvrier de dix-huit ans employé depuis l'âge de treize ans dans une manufacture de cigares, raconte par exemple devant la Commission royale d'enquête sur les relations entre le capital et le travail au Canada qu'un supérieur l'a déjà frappé au poignet à l'aide d'un moule à cigares.

  • Quand

    Pour réussir de bons cigares, un cigarier doit laisser les « poupées » de tabac à l'intérieur du moule pendant un délai précis. Si elles y demeurent trop longtemps, soit plus de vingt minutes, les cigares risquent d'être trop secs. En effet, le moule permet aux feuilles de tabac de perdre leur humidité.

  • Qui

    Les ouvriers travaillent généralement en équipe pour fabriquer des cigares au moule. Règle générale, un ou deux « rouleurs », chargés de rouler les feuilles de tabac, font équipe avec un ouvrier responsable du moulage des « poupées ».