M991X.1.1.1-2 | Maillot de bain deux pièces

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Maillot de bain deux pièces
1910-1920, 20e siècle
10 x 87 cm
Don de Eaton's of Canada
M991X.1.1.1-2
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Maillot de bain (5)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire
Voir les commentaires (1)

Clefs pour l'histoire

Vers la fin du XIXe siècle, la baignade est un passe-temps de plus en plus populaire au Québec, surtout apprécié de la bourgeoisie.

À l'époque, les maillots de bain féminins rappellent la forme des robes et se prêtent mal à la nage dans la mesure où il est souvent porté par-dessus un corset jusqu'aux années 1890. Le maillot féminin pratique et confortable, qui ne devient disponible qu'au début du XXe siècle, sera adopté par celles qui refusent de se tremper les orteils dans l'eau et qui souhaitent nager. Toutefois les costumes de bain de ce genre, plus convenables mais toujours peu commodes et respectant la ligne des vêtements d'extérieur, demeurent courants.

Toutes les baigneuses ne peuvent évidemment acheter un maillot de bain à la dernière mode. Il faut attendre les années 1910 et 1920 pour que cet élément de la garde-robe ne soit fabriqué en série et devienne donc véritablement accessible.

  • Quoi

    Les teintures chimiques destinées aux textiles ont été perfectionnées durant le dernier quart du XIXe siècle. Ces innovations facilitent la production des tissus de couleur.

  • À partir du XIXe siècle, certains ont le privilège de séjourner dans des stations balnéaires au Québec, notamment dans la région du Bas-Saint-Laurent. Réputé pour ses bénéfices thérapeutiques, le bain de mer est fort populaire.

  • Quand

    La serge de laine et la flanelle sont deux matériaux qui entrent dans la fabrication des costumes de bain au début du XXe siècle. Cependant, la laine sera utilisée presque exclusivement jusqu'aux années 1930.

  • Qui

    Les gens aisés profitent des stations balnéaires tandis que les ouvriers se contentent du fleuve, des rivières, des ruisseaux ou des lacs.