M990.786.19.1-15 | Costume de religieuse

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Costume de religieuse
Lucienne Simard
1940-1979, 20e siècle
Don du Musée du Château Dufresne
M990.786.19.1-15
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Habit (41)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Ce costume appartient à la communauté religieuse des soeurs Grises de Montréal. Il a été porté entre les années 1950 et 1979, mais peut ressembler au costume qu'avaient adopté au 18e siècle les premières générations de religieuses de cette congrégation.

Le costume imaginé par la fondatrice, la veuve Marguerite d'Youville (1701-1771), est fort différent des costumes traditionnels de religieuses, qui se composent normalement d'une robe d'étoffe de laine brune, d'un voile et d'une guimpe (morceau de toile porté sur la tête). Celui des soeurs Grises comprend une robe grise à gros plis, une robe en camelot (une étoffe de laine), un domino (court manteau sans manche muni d'un capuchon) et un bonnet noir.

La communauté des soeurs Grises est fondée en 1737 par Marguerite d'Youville pour porter secours aux malheureux. Deux décennies plus tard, en 1753, cette communauté assure la direction de l'Hôpital général de Montréal, situé dans un édifice appelé aujourd'hui maison de Mère-d'Youville, dans le Vieux-Montréal. À l'Hôpital, poursuivant sa mission charitable, Marguerite fait en sorte que les orphelins, les enfants trouvés, les vieillards et les pauvres femmes puissent être accueillis tout comme les malades. En 1755, Mme d'Youville et ses consoeurs deviennent officiellement les soeurs de la Charité de l'Hôpital général de Montréal, communément appelées soeurs Grises. Depuis, l'action bienfaisante des religieuses s'est élargie et elles travaillent dans de nombreux autres établissements.

  • Quoi

    En optant pour le costume gris, Marguerite d'Youville a repris le surnom, pourtant peu élogieux, que certains avaient donné aux femmes de son groupe. Ces dernières avaient hérité du sobriquet de « grises » utilisé au sens de « pompettes ». En fait, selon la rumeur, Mme d'Youville et ses associées s'adonnaient au trafic d'alcool.

  • Les soeurs Grises administrent l'Hôpital général de Montréal jusqu'en 1970. Cette année-là, elles sont en charge de 30 hôpitaux, de 23 foyers de personnes âgées, de 66 institutions d'enseignement, de 16 centres de services sociaux et de 3 dispensaires, au Canada et ailleurs dans le monde.

  • Quand

    La communauté des soeurs Grises est assujettie à son évêque. Aussi, à la demande de Mgr Briand (1715-1794), les manches du costume original des religieuses, pourtant approuvées par son prédécesseur, doivent être modifiées. En effet, l'évêque juge que les manches de la robe, repliées vers l'avant-bras, ne sont pas convenables parce qu'elles laissent paraître le poignet.

  • Qui

    Marguerite d'Youville fut mariée pendant huit ans avant de se vouer à Dieu. Veuve, elle se consacre au secours des malheureux. Ce dessein l'amène finalement à fonder la congrégation des soeurs Grises.