M985.230.5023.1-5 | La disette de bois

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Impression
La disette de bois
Anonyme - Anonymous
1872, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
24 x 35 cm
Don de Mr. Colin McMichael
M985.230.5023.1-5
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Estampe (6570) , Scène de genre (188)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la fin du 19e siècle, les mois d'hiver sont durs pour les démunis qui habitent la ville. Peu de foyers pauvres sont en mesure d'acheter leur bois et leur charbon même en été, alors que les prix sont plus bas. L'automne, il faut payer la taxe d'eau. Les pauvres doivent donc se résigner à acheter leurs combustibles l'hiver, quand ces derniers se font rares et que leur coût augmente. La situation est d'autant plus difficile que l'hiver, de nombreuses familles sont touchées par le chômage.

Le texte qui accompagne cette illustration parue dans l'hebdomadaire montréalais The Canadian Illustrated News décrit la pénurie de bois qui survient dans cette ville durant l'hiver 1872 :

« C'est une terrible malchance pour les pauvres de Montréal et pour beaucoup d'autres gens que les glaces du canal et du fleuve aient pris avant qu'une provision suffisante de bois de chauffage n'ait pu atteindre la ville. Dès l'arrêt de la navigation, les marchands de bois ont augmenté leurs prix de deux ou trois dollars la corde (...) La Corporation, sous le coup de ce qu'on pourrait appeler une émotion après que deux enfants (...) soient morts de froid (...) a fait, à Acton, un achat important de bois qui, par un arrangement avec le Grand Tronc, a été livré en petites quantités aux pauvres au prix de 4,50 $ la corde. De plus, M. A.B. Foster a fait le don de cent cordes et les généreux fermiers de la paroisse de Saint-Jérôme, sous la direction du bon curé Labelle, ont livré en ville un certain nombre de chargements de bois qui seront remis gratuitement aux pauvres par différentes oeuvres de charité. »

  • Quoi

    Dans le coin gauche de l'image, un train de la compagnie du Grand Tronc est représenté. Comme l'indique l'inscription « Free wood for the poor of Montreal » (« Du bois gratuit pour les pauvres de Montréal »), il assure le transport du bois destiné aux indigents.

  • À Montréal, la température atteint souvent en hiver -20 degrés Celsius. Dans de telles conditions, il est difficile d'économiser le bois de chauffage.

  • Quand

    Alors qu'en hiver, les vêtements et les combustibles coûtent cher, de nombreuses familles sont touchées par le chômage. De plus, lorsque le chômage est à la hausse et que la main-d'oeuvre est nombreuse, les employeurs n'hésitent pas à diminuer les salaires.

  • Qui

    Durant l'hiver, les gens les plus vulnérables sont les ouvriers non qualifiés comme les débardeurs du port de Montréal, qui sont à la merci du travail saisonnier.