M984.306.1494 | Une calamité imprévue

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Impression
Une calamité imprévue
4 février 1881, 19e siècle
Encre sur papier journal - Photolithographie
39.5 x 28.2 cm
Don de Mr. Colin McMichael
M984.306.1494
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  Caricature (19359) , Impression (4091)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Pendant de nombreuses années, le public s'inquiète peu des qualités sanitaires du lait. Les principaux reproches adressés aux commerçants de lait expriment plutôt un mécontentement populaire à l'égard des pratiques malhonnêtes qu'on soupçonne être celles de trop de laitiers. Plusieurs consommateurs sont en effet convaincus que les laitiers « mouillent » le lait, c'est-à-dire qu'ils réduisent la proportion de crème dans le produit, soit par l'écrémage, soit par l'ajout de quantités importantes d'eau. Cette caricature publiée en 1882 en page couverture du Canadian Illustrated News nous présente le stéréotype du laitier malhonnête. Après avoir trait ses vaches et avant d'entreprendre sa tournée ou « run » de lait, il dilue son produit en y ajoutant de l'eau du puits. Pour comble de malheur, par ce froid matin d'hiver la pompe est gelée ! C'est vraiment une calamité, car les laitiers manqueront certainement de lait...

  • Quoi

    Cette caricature constitue un précieux témoignage sur l'organisation de l'industrie laitière montréalaise vers 1880. Ces laitiers - comme plusieurs de leurs confrères - vivent à la périphérie de la ville, que l'on voit à l'arrière-plan.

  • Pendant ces années, les quartiers Sainte-Marie et Saint-Antoine ainsi que des secteurs de la proche banlieue comme le Côteau Saint-Louis comptent de nombreux laitiers et des dizaines de vaches.

  • Quand

    En 1882, la ville est encore approvisionnée par plusieurs producteurs laitiers qui vivent à proximité. Ceux-ci se lèvent à l'aube, traient leurs vaches et peuvent livrer du lait frais du jour.

  • Qui

    Ces laitiers ne vendent pas aux marchés de la ville, mais font plutôt la livraison à domicile. Ils transportent quatre à six bidons dans leurs traîneaux et versent le lait dans les pichets fournis par leurs clients.