M984.273 | Le canal Lachine

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Peinture
Le canal Lachine
James Duncan (1806-1881)
Vers 1850, 19e siècle
Aquarelle et mine de plomb sur papier
19.4 x 29.3 cm
Don du Dr. Daniel Lowe
M984.273
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  peinture (2227) , Peinture (2229) , Scène marine (2221)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Cette aquarelle réalisée près de la première écluse du canal de Lachine regarde vers le nord-est en direction du port. Le petit bâtiment à droite de l'écluse logeait les ouvriers qui travaillaient aux vannes. En 1844, le canal était encore élargi de façon à laisser passer des bateaux plus grands et en 1850, année où fut réalisée cette aquarelle, le port accueillait 222 vaisseaux par saison pour 46 000 tonneaux. Le canal était également un lieu de loisirs populaire. Ici, un jeune garçon s'est installé pour pêcher sous l'oeil intéressé de quelques badauds postés sur la rive. Bien que cette vue ne soit pas signée, la comparaison de l'inscription avec d'autres que l'on sait être de Duncan indique qu'elle est de sa main. En outre, cette manière de représenter les personnages est typique de l'artiste.

Clefs pour l'histoire

Cette scène date de 1850 environ, époque où le canal Lachine constitue le premier maillon d'une série de canaux reliant Montréal au Lac Supérieur.

Les rapides de Lachine sont, à l'origine, un obstacle au passage des navires. Le projet de construction de canal, qui fut lancé par les marchands de la ville avant d'être pris en charge par le gouvernement, aboutit en 1825. D'une longueur de près de 14 km, celui-ci fut d'abord conçu pour les petits voiliers à fond plat, mais il subit de nombreuses modifications au XIXe siècle afin d'accueillir des bateaux toujours plus grands.

Ces grands travaux d'aménagement permettent à Montréal de supplanter le port de Québec comme principal port d'entrée du Saint-Laurent. La métropole, qui peut désormais accueillir les grands navires océaniques, devient un passage obligé pour la navigation intérieure.

  • Quoi

    Cette vue représente la première écluse du canal. Le port de Montréal est visible à l'arrière plan.

  • À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les industries s'implantent à proximité du canal pour profiter du potentiel hydraulique et des facilités de transport. Toutefois, comme le suggère l'artiste, le canal était aussi un lieu de promenade apprécié.

  • Quand

    La voie navigable était rentable. En 1859, le transport d'une tonne de marchandises entre Montréal et Toronto coûtait de 2 à 3 $ par voie d'eau et 3,50$ par rail.

  • Qui

    Cet oeuvre anonyme a été attribuée à l'artiste James Duncan (1806-1881) pour des raisons de style. Né en Irlande, Duncan a immigré au Canada en 1830, puis il s'est installé à Montréal.