M982.71 | Le "Maggie Louisia" de Yarmouth, N.-É., du commandant Israel Goudey, entrant dans le port de Livourne, 1866

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Peinture
Le "Maggie Louisia" de Yarmouth, N.-É., du commandant Israel Goudey, entrant dans le port de Livourne, 1866
Anonyme - Anonymous
1866, 19e siècle
Huile sur toile
50.2 x 72.8 cm
Achat de Mrs. Laurie Vance Johnson
M982.71
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  peinture (2227) , Peinture (2229) , Scène marine (2221)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Pour quelques robustes femmes des Maritimes, le mariage ne signifie pas la fin de leurs aventures. Les femmes des capitaines des célèbres voiliers des Maritimes accompagnent parfois leurs maris lors de longs voyages, du moins, jusqu'à l'arrivée des enfants. Annie Rogers Butler (1841-1906) épouse le capitaine John Kendrick Butler le 9 juin 1870, et un mois plus tard, ils prennent le large à bord du brigantin Daisy à destination de l'Amérique du Sud. Le journal intime d'Annie contient des détails saisissants de sa vie en mer où elle devait partager son temps entre la couture, le tricot, le ménage, la cuisine et la lessive. Durement éprouvée par le mal du pays durant ses premiers mois en mer, elle appréciait énormément la compagnie des autres femmes des capitaines qu'elle avait l'occasion de rencontrer dans les ports d'Amérique du Sud .

References
Margaret Conrad, Toni Laidlaw et Donna Smyth, No Place Like Home: Diaries and Letters of Nova Scotia Women 1771-1938, Halifax, Formac Publishing Company Limited, 1988.

  • Quoi

    Plusieurs armateurs commandaient à des artistes des « portraits » de leurs bateaux, comme celui-ci du Maggie Louisa, qui quitta le port de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse.

  • Cette peinture du Maggie Louisa illustre le navire qui entre dans le port de Livourne (Livorno), en Italie.

  • Quand

    Cette peinture montre le Maggie Louisa en 1866, au début de l'« âge d'or de la voile » dans les Maritimes.

  • Qui

    Quelques peintres de navires travaillaient dans les ports des Maritimes, mais les capitaines de la marine marchande préféraient que leurs navires soient peints par des artistes des ports européens et asiatiques.