M982.531.9 | Montréal depuis la colline derrière le village des Tanneries sur le chemin menant à Lachine

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Peinture
Montréal depuis la colline derrière le village des Tanneries sur le chemin menant à Lachine
1840, 19e siècle
Aquarelle et mine de plomb sur papier
16.6 x 24.5 cm
Don de Mr. N. B. Ivory
M982.531.9
© Musée McCord
Description
Mots-clés :  peinture (2227) , Peinture (2229)
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Description

Cette aquarelle de 1840 réalisée depuis un lieu situé sur une partie de l'actuel chemin Upper Lachine regarde vers le nord-est et présente le district Saint-Henri, centre du commerce de cuir de Montréal pendant la première moitié du dix-neuvième siècle. Les tanneries, indispensables à ce commerce, étaient exploitées par les artisans et appartenaient dans leur majorité aux familles qui les géraient. Elles jouxtaient habituellement les maisons, ce qui explique que bâtiments et communs attenants soient représentés ici. En 1825, la population du village Saint-Henri atteignait 466 habitants et 63% des occupations déclarées étaient reliées d'une façon ou d'une autre au commerce du cuir. Vers 1813, les « tanneries » auxquelles se réfère l'inscription de cette aquarelle deviennent officiellement Saint-Henri-des-Tanneries, en l'honneur du Supérieur des sulpiciens d'alors, Henri-Auguste Roux (1760-1831). Le 25 février 1875, Saint-Henri-des-Tanneries devient la ville de Saint-Henri et, le 8 janvier 1894, la cité de Saint-Henri. Celle-ci sera finalement annexée à Montréal le 30 octobre 1905. Le style de cette aquarelle rappelle celui d'une oeuvre attribuée à Philip Bainbrigge. Le paysage rural a été représenté en détail alors que seuls les éléments essentiels du village sont soulignés. La perspective aérienne a permis à l'artiste de dépeindre un paysage de plus en plus flou à mesure qu'il se fond dans l'arrière-plan et s'élève vers la haute ligne d'horizon propre à toutes les aquarelles de Bainbrigge. Le rendu ombragé de l'église Notre-Dame, à peine visible au loin, à l'extrême gauche de la ligne d'horizon, est étudié de manière à ne pas détourner l'attention des tanneries et de leur relation avec la ville. (Extrait de: Conrad GRAHAM, Mont-Royal - Ville Marie : vues et plans anciens de Montréal, Musée McCord d'histoire canadienne, p. 107.)